CLASSEMENT


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 26/04/2017 in all areas

  1. 7 points
    Chers Exilés, Nous avons le plaisir de vous annoncer l'ouverture d'un serveur Roleplay déjà actif avec une communauté de joueurs ( 20 joueurs environ qui ont déjà une base de jeu ), nommé la vallée du Styx, désormais disponible au sein de ConanExilesFrance, de nombreux administrateurs vous accueillent d'ici quelques jours,ainsi qu'un futur rédacteur est d'un streamer dans la communauté ! Ils nous rejoindront donc dans les jours qui suivent sur Discord/Steam et sur notre forum et en jeu ! Merci de les accueillir comme il se doit . Si, vous avez des questions à propos de ce serveur, je vous invite à contacter @SoAp_GaMeR !
  2. 7 points
    Bonjour tout le monde et bienvenue sur le serveur "La Vallée du Styx" ! "..Peuple des exilés, lève toi. Reprend tes droits et tes libertés. Récupère ce qui est tient. Trop longtemps, les dieux ont été bafoué, et la tyrannie a régné par deux fois sur ces terres. Le temps est venu pour toi de prendre les armes, de te battre, contre le mal, contre l’oppression, pour la liberté. Libère toi du puissant pharaon sétite, qui règne depuis trop longtemps, suis les guerriers de Crom, les cannibales de Yog, ou les républicains de Mitra. A moins que tu ne sois toi même l'un de ces immondes personnages, croyant en le dieu-serpent ? Les dieux ont le regard tourné vers nous. Leurs projets sont grands. Nul doute que notre terre, nommée la Vallée du Styx, sera l’objet de toutes leurs préoccupations. L’avenir le dira.. Puissiez-vous survivre en ces temps de trouble…" Je suis l'un des admins de ce serveur. Notre communauté se construit progressivement, et nous avons besoin de vous tous pour l'améliorer davantage. Si vous souhaitez quelques mots sur notre organisation, sachez que les terres des exilés, appelés ici la vallée du Styx, se divisent en quatre entités, ou états que sont les croyants des 4 dieux. Nous retrouvons ainsi la seigneurie de Crom, un rassemblement de tribus guerrières dont le chef obtient sa place par la force, la république de Mitra, des hommes cherchant la paix et la justice, où chacun a droit à son temps de parole, et où l'on respecte la parole de son prochain. Se trouve également la grande tribu de Yog, un camp darfari suivant son chef, choisi au cours d'une épreuve d'agilité. Enfin et finalement, se trouve le royaume ecclésiastique de Set, contrôlé par un pharaon profondément pieux et expansionniste, déléguant ses pouvoirs à sa noblesse. Une cinquième zone neutre, existe également, afin d'accompagner les jeunes exilés dans leurs premiers pas, afin de les aider au besoin à choisir une faction ou simplement être loin des guerres. Oui, dans la vallée du Styx, vous risquez d'être témoins de nombre de guerres entre les différents états, car les dieux eux mêmes se livrent un combat titanesque, pour un mystère et une puissance enfouie dans ces terres depuis des âges. Il est offert la possibilité aux joueurs de pouvoir accéder aux plus hautes fonctions, de prendre la place des rois et des chefs, pour étendre leurs propres territoires. Vous entrez sur un territoire empli de politique, de commerce, de croyances, mais aussi de difficultés. Nous voulons vous offrir la possibilité d'écrire l'histoire de votre personnage, une belle histoire, au sein de ces terres, dont nous tentons d'étoffer au maximum le background. Nous espérons que vous aussi, comme nous, vous prendrez les armes pour Yog, Crom, Mitra ou Set, et que vous serez motivés pour mener à bien ce combat, qui nous concernera tous. Malgré l'aspect fortement PVP, le RP (jeux de rôle) prime sur ce serveur, et nous espérons qu'experts dans le domaine, tout comme novices (dont nous accompagnerons les premiers pas avec joie) nous rejoindront ! Notre objectif commun est de recréer l'ambiance d'une Antiquité fantastique dont l'engagement est de faire connaître la vie dans le monde de Conan pour tout passionné de jeu de rôle. Nous serons présents et à votre écoute. Nous espérons vous voir nombreux à déferler sur la vallée du Styx, et à prendre les armes pour l'un des dieux. "Venez nombreux, exilés. Descendez de votre croix, entrez dans la vallée du Styx, et apprêtez vous à vivre une aventure extraordinaire. Les dieux vous attendent, ils veulent de vous dans leurs armées. Puissiez vous satisfaire leurs attentes. Et pussiez vous survivre en ces temps troublés..." Avant de pouvoir librement arpenter ces terres et faire du RP aux côtés des autres exilés, nous vous demandons tout simplement un peu de lecture. Veuillez d'abord lire le background du serveur ici : https://docs.google.com/document/d/11lkpXjfDOy2rSa0A410u3S3w9agMTA3tBAUQ-mu2ayE/edit?usp=sharing Vous devez ensuite lire le règlement ici : https://docs.google.com/document/d/1WSfEuQs81bVJRQqDpMGhvhK6vtrNCIiGGywBx7JyFqM/edit?usp=sharing Il ne vous reste plus qu'à remplir ce questionnaire : https://goo.gl/forms/oEDP4gOeyw8Kugda2 Et voilà, vous n'avez plus qu'à attendre la validation du staff pour avoir accès au mot de passe. Bon jeux à tous et à plus tard ! PS : Si jamais vous doutez quant à la croyance de votre personnage, vous pouvez lire le google doc suivant qui résume les divinités de Conan : https://docs.google.com/document/d/1rli6OUFV266RnWEYStHwkntgYDL28IdqVS1uHvDtra8/edit?usp=sharing (Merci à Jean Edward, admin du serveur les royaumes d'exile pour ce résumé sur les divinités)
  3. 6 points
    Avant de jouer au chimiste, il vous faut débloquer la compétence apprenti artisan , ainsi que posséder un établi de forgeron , un fourneau et d'un chaudron à feu . ///// Les éléments de base \\\\\ * en premier lieu, il vous faut craft un moule à flacon en verre pour fabriquer les récipients pour teintures : à l', ajouter 11 x = * ensuite, bien évidemment, faut créer les flacons en verre , pour ce faire : il vous faut au préalable du verre : 1 / Au + ajouter du cristal : 2x = 1x . 2 / une fois le verre obtenue, au + + faites chauffer : 3x = 1x . *Le dernier élément de base est le composant eau, il faut faut donc remplir les d'eau grâce aux puits, oasis ou autre rivière afin d'obtenir des flacons d'eau . ///// Le craft des teintures \\\\\ 1 / une fois les flacons remplis d'eau, il ne reste plus qu'a créer les teintures. Pour ce faire, vous aurai besoin d'y ajouter les ressources propres à sa couleur afin d'obtenir la teinte souhaitée. Pour être plus clair, voici un exemple pour faire du vert : dans un + mettre tout simplement : + 20x = 1x 2/ maintenant que le plus dur est fait, il ne reste plus qu'a appliquer la teinture à ou aux éléments d'armure que vous souhaiter. ///// Les couleurs \\\\\ Le panel de couleur dans Conan Exiles se compose des couleurs de base commune : marron, gris, jaune, bleu, vert, rouge, orange, violet. !! Le blanc et le noir quant à eux, ne sont pas des couleurs mais des colorants !! Pour créer diverses couleurs, il va falloir farm de multiples ressources différentes, chacune possédant son propre pigment de couleur. 1 / panel des couleurs et ressources nécessaires : * pigment blanc = + 5x os * pigment noir = + 3x goudrons * Jaune/doré = + 5x souffres * vert = + 20x fibres * rouge = + 1x coccinelle (se trouve sur les cactus) * bleu = + 1x true indigo (près des oasis au nord) * orange = + 1X orange Phykos (se trouve sous l'eau) * violet = + 1X false mandrake (dans le désert et zone de sable) * marron : = + 5x graines *gris : = + 1x fleur grise Lupine (se trouve sur les buissons gris le bord des falaises) *cyan (ressemblant au turquoise) : = + 1x vase luisante (se trouve sous l'eau) 2 / variantes couleurs Bien que le panel de couleur reste classique, il est possible cependant de varier la couleur principale dans 2 teintes sensiblement différente, vers le clair ou le sombre, ou foncé si vous préférez. grâce à quoi ? tout simplement en utilisant le pigment blanc ou noir, exemple pour du rouge foncé et rouge clair : dans un + , mélanger 1x + 1x = dans un + , mélanger 1X + 1x =
  4. 4 points
    Acte II -Trait de ténèbres, Trait de sang- L'insecte profite des caresses de la chaleur du soleil, bercé par le souffle du vent au dessus des dunes de sables, mais ce moment de sérénité est brutalement interrompu... Le sol semble se dérober sous les pattes du scarabée, comme happé vers l'intérieur de la terre. Une lourde botte apparaît brièvement devant la fébrile créature avant de continuer sa course dans les terres des sauvages... Je continue ma course effrénée en direction du camp Yoggites, décochant quelques flèches sur les prédateurs qui auraient l'idée de me mettre à leur menu, tous en prenant soin de les récupérer au passage. ... en espérant que les Darfaris n'en fassent pas autant... Le camps Umzuzu se dessine à l'horizon, j’accélère un peu plus le rythme déjà bien soutenu, le soleil se couche dans quelques heures, la caravane de Mitra sera bientôt sur mes talons. Quelque cranes empalés sur des piques semblent poser un regard inlassable à mesure que j'avance vers le camp, celui-ci entouré de fragiles barricades de bois destinées à repousser les prédateurs. En son centre, quelques huttes rudimentaires sont disséminées ici et là, sous la coupe de bâtisses tribales plus imposantes. J'ai déjà eu affaires à eux par le passé. Les salutations se font dans un respect mutuel, nous conversons de plusieurs sujets, les Darfaris sont friand de nouvelles, et savent que je parcoure les terres du Styx depuis un moment, leur chef Olvor, me reçoit dans sa hutte, plus par politesse que par l’intérêt qu'il me porte. Sous les bref regards des membres de Yog, j'accepte sans hésitation, mes affaires sont pressantes... Le Chef tribal pose son imposante carrure à terre, sa peau a une teinte légèrement plus blanchâtre que le peuple qu'il dirige. Un feu vif réchauffe la hutte faite de terre et de torchis, « Quels nouvelles de ces terres mon frère ? » à cette question, je lui livre quelques informations de moindre importance ; « la déesse de la justice cherche à renforcer son pouvoir sur ces terres, quand au clan Barbare, ils ce rassemblent.. » nos éloges prennent fin rapidement, je lui mentionne un service pour mes sombres desseins. « Suis moi, me dit-il, voilà une hutte pour la nuit, personne ne te dérangera.. » Le Cor résonne dans la tribu Umzuzu, la délégation de Mitrapolis est arrivée sous le soleil couchant, l’accueil entre les deux civilisation est solennel et à la fois curieux, se dévisageant mutuellement. Caché à l’abri des regards, furtif, fidèle aux ombres, j'observe la scène. Les Darfaris accompagnent la caravane prêt d'un puits dans le centre du village, légèrement en contrebas de la hutte me servant de repaire. Les conversation vont bon train et les leaders semblent se connaître, je compte plusieurs gardes Mitradîtes, quelques citoyens et dignitaires de haut rang, dont Illya Gilgamesh. Je bande mon arc, la flèche glisse le long de la corde en crins jusqu'à son encoche. ... Puis je la vois elle ... La corde se détend doucement tandis que mon regard reste captivé sur sa personne, cette belle créature marqué au fer rouge. "Concentres toi, tu as l'angle parfait ... Tires !!" Non, je ne peux pas prendre ce risque ... Mes pensées s'entre mêlent, partagées entre mon devoir et cette femme. Dans un élan résolu, j'écarte maladroitement mon arme, faisant tomber une quelconque poterie en terre cuite. … qu'elle erreur, sa simple présence obsède mes pensées, « pourquoi ? Qu'elle en est la raison ? ..peu importe, reprends toi !! » tous les yeux ce fixe sur la hutte quand la poterie éclate au sol, les protagonistes s'interrogent... Les gardes de Mitra empoignent instinctivement leurs armes et s'approchent, tandis que les membres Umzuzu, ramassent leur lances faites d'os acérées. Olvor, trouve rapidement une excuse pour recentrer l'attention, les dirigeants respectifs s’isolent tandis que le reste de la caravane est conviés dans la hutte central sous la nuit tombante. Les discussions vont de bon train sur une ambiance plus détendue, commerce, territoire, culture, tous sujet est abordé au sein de la grande hutte tribal, un bâtiment circulaire, fait d’ensembles en toit de bois et de paille avec de larges interstices, le tous tenant sous son propre poids. Un grand feux brûle en son milieux pour réchauffer les cœurs et corps, très vite rejoint par les leaders, tous ce lève puis prennent place sur les bancs constitués de troncs d'arbres brutes, portant leurs attentions sur les haut-dignitaires des deux factions. Les ténèbres m’enveloppe, tel la mère de la nuit recouvrant sa progéniture, ma cible est là, à une vingtaines de pieds tous au plus, je suis perché sur un rocher dans la nuit, le genou à terre pour m’assurer une plus grande stabilité. J'encoche ma flèche, la corde se tend sous la force des bras, visant avec précision ma cible, j'incline mon arc légèrement vers le ciel pour compenser la distance qui me sépare de ma victime. « Maintenant ! » La pression de mes doigts relâche son emprise, la corde glisse le long de ma manche de cuir en direction de ma main, la flèche ce tord légèrement sous l’effet de la pression du crin et la force cumulée. Celle-ci avance et ce met à tournoyer sur elle même, comblant rapidement la distance jusqu'à sa cible. Le projectile traverse la hutte centrale des Umzuzu dans un sifflement strident, les plumes frôlent l’arrière du casque du tribun dans sa course pénétrante, pour finalement se loger dans l'épaule de Illya Gilgamesh... celle-ci fut soulevé du sol à l'impact, crachant de douleur tandis qu’un jet de sang ce libère dans les airs. Les garde saisissent leurs Falcatas et leurs boucliers en criant, prenant une formation défensive autour du représentant Mitradite, les primitifs de Yog s’arment et entreprênent de fouiller la zone, éclairés par des torches dans l’obscurité de la nuit. Je me propulse sur l'un des guerriers tribal, en m'en servant comme tremplin pour sauter en contrebas de la falaise. J'atterris lourdement au sol, me relevant aussitôt, continuant ma fuite, les guerriers des deux civilisations engagent la poursuite. La course est pénible, je marque une pause dans le désert, ils me précédent, reprenant mon souffle par ce répit plus que bienvenu, j’élabore un rapide plan, j’attends patiemment dans l'ombre mes poursuivants, ce n'est que lorsque les silhouettes ce dessinent que je tire une flèche, l'un est touché, s’arrête brièvement pour casser le projectile reçu et reprend aussitôt sa course. Je les attire la ou je veux, tirant en me retournant rapidement, pendant la course contre la mort, deux Umzuzu parviennent au contact, suivis de prêt par une guerrière de Mitra équipée d'une lame et d'un bouclier en fer. Dans un réflexe rapide, je saute les deux pieds en avant de tous mon poids sur le premier assaillant, s’effondrant, sonné au sol.. À peine relevé, une lance manque de peu mon visage, j'esquive instinctivement le coup, saisi l'arme du deuxième guerrier et roule dans son dos pour l'envoyer contre un rocher, me rattrapant sur un pied agile dans cette danse mortelle. Quelques secondes suffisent pour que la pointe d'une lame de fer caresse ma joue, laissant derrière elle une fine incision délivrant quelques gouttes de mon sang... ...ce parfum...fait d'un mélange d'ambre et de jasmin...c'est elle... Son visage est masqué par un casque en os, une tenue renforcée de cuir et quelque élément de métal recouvre ces formes, en lourd bouclier au bras gauche pour compléter la protection de son corps. C'est dans un mélange de défis et de plaisir que j'entre dans la valse tranchante avec la jeune femme sous les faveurs de Mitra. Lame abyssal en mains, j'engage le combat, elle tente de percer mes défenses par des attaques rapides, j'esquive chacun de ces coups, en prenant soin de lui rendre quelques uns pour la forme. Les muscles de mes bras ce contractent pour libérer un coup latérale et circulaire, je manque de me faire trancher en deux dans un réflexe de survie, sa lame tranche net le cuir de mon armure au niveau de la poitrine. ... elle cherche des réponses...Fougueuse...prête à tuer pour les avoirs... Le combat semble lui donner trop de courage et de confiance en elle, comme si j’étais responsable de tous les supplices qu'elle aurait pu vivre.. Je lui met volontairement un coup de dague au niveau de son visage, inclinant mon poignet pour que le plat de la lame glisse le long de sa joue. Surprise, j’enchaîne par un violent coup d'épaule contre son bouclier, brièvement écrasée par mon poids, lui coupant le souffle sous la pression de mes assauts. Je saute en arrière et reprend ma fuite en direction d'un camp des Chiens du Désert non loin de là. Ce fut un succès, le camps croit à une attaque, mes poursuivants ont du combattre dans le chaos le plus total pour survivre, je peut admirer la scène quelques instants avant de tourner le dos, jetant en un bref regard lointain sur la jeune femme de Mitrapolis... ...nous nous retrouverons....
  5. 4 points
    Bonjour a tous! Je me présente, Charles-William mais vous pouvez m'appeler Viky ou Peinturelure! Voici une description brève et rapide de mon propre-moi : Jeune Royaliste Socialiste, ouvert d'Esprit, ni Facho, ni Coco, ni Bobo et Helléniste Gréco-romain avec tendance syncrétiste Gréco-Égyptien. Souffre de quelques crises de schizophrénie paranoïaque et délires narcissique. Amoureux dramatique de toutes les choses de divertissement - Il a le verbe haut, snob élitiste et ermite. Oh, et avons-nous mentionné l'auto-obsession et hors de contact avec la réalité? Et il y a le côté matérialiste, aussi. Je suis a mes heures perdues un Youtubeur et je dispose de ma petite chaine Youtube, "La Chaine du Messire". Mais aussi un modélisateur 3D depuis 2009 sur Second Life et je dispose d'une page Flickr ou je poste la plupart de mes créations.
  6. 3 points
    Acte 1 -en terre de justice- L'air chaud parcours les ruelles de la ville de Mitrapolis. J'avance sur le pont, d'un pas calme et déterminé. Ma main ce resserre par réflexe sur mon arc, m'attendant d'un moment à l'autre à voir un garde surgir devant moi... mais rien ne ce passe... J'arrive au bout du pont, toujours rien, devant ce dresse une imposante porte, sans doute destiné à repoussé l’envahisseur en cas d'assaut, celle-ci et grande ouverte.. mes pas me guide prudemment dans le gouffre de Mitra, les rues caressé par le soleil de l'après-midi sont étonnamment désertes. Dans ce calme sinistre, seul des voix résonne du fond de la cité, venant perturbé le silence soufflé de ça et la par les vents chargés de chaleur. Me dirigeant vers l'imposant Sénat , origine des échos qui résonne sur les murs de la jeune citée ; J'arrive calmement à la porte du bâtiment, tous en prenant soins de ne pas perturbé l’assemblé en plein débat... Les tons montes et les esprits s'échauffent lors de l'échange de parole, je scrute l’ensemble de la salle, la plupart des citoyens de villes et des faubourg,sont présentes.. Puis mon regard ce fixe brièvement sur une personne en particulier, une jeune femme, belle, un dons de la nature que la vie ne semble pourtant pas avoir épargné.... Je peine à détaché mes yeux de cette femme, elle semble avoirs un poste important chez Mitra, une prêtresse ?.... non je la vois suivre avec attention le débats, tous en griffonnant quelque chose sur un parchemin.. mais que ce que tu fait ? Reprend toi Khiran, tu es la pour une raison bien précise... Celle-ci pose rapidement ces yeux sur moi, comme surprise... Illya Gilgamesh une femme plus préoccupé par l'apparence que part l'affaire présente, fait part de sa consternation devant tous le sénat sur des sujets commerciaux avec les tribus de Yog, les traitant régulièrement de sauvages.. Le tribun, Victoria, dame d'un certain age ou le temps à laissé son empreinte dessus, essais tant bien que mal de calmé les arguments de Gilgamesh, apparemment agacée que les affaires présente n'aille pas dans son sens. « Voyons Illya, cessé des les traités de sauvage, je conçois que leurs coutume sont...différentes, et peu évolué, néanmoins, la justice ce doit d'éduqué les êtres inférieur, en leur apportant la civilisation par exemple... » « Certes », répondis Gilgamesh, « mais je préfère encore que la république Mitradite fasse alliance avec Set plutôt qu'avec les mangeurs de chaire, grâce a cette puissance militaire, nous aurions tôt fait de soumettre les petite factions à notre volontés tribun ! » maintenant... J’emboîte le pas en direction du centre de la salle tous en serrant le poing, les yeux fixé sur le tribun, ...jamais personne n'a tentez une pareil chose... Mes pas guide et je frappe trois fois des mains, marquant une légère pause entre chaque claquement sur le cuir des mes gants. Tous en prenant une voix forte afin qu'elle pénètre chacun des membres de cette assemblé... « Ainsi donc, la déesse de justice est prête à s’alliée au serpent en échange d'un peu de pouvoir ? » Sur ces mots, le débats s' interrompu, La Tribun ,ce pallie en me voyant, comme si la mort ce présenter devant elle. Illya Gilgamesh, quand à elle froncis les sourcils, prête à aboyer aux gardes l'ordre de m’intercepté. «Il semblerait que la justice ai deux visages » tous en voyant le sourire glacé du tribun. « Et vous êtes ? » Je répondit « Del'Razeir » tous en ne laissant pas la parole a mon interlocutrice « Je représente une organisation... » Le tribun ne savant plus ou ce mettre, probablement dérangé de mon intervention, commence à bégayé quelque mots incompréhensible, tandis que Gilgamesh rétorque sur un ton impétueux : « Et ? Cher étranger, de quel organisation avons nous affaire ? » mon visage ce tourne dans la direction de cette imprudente, je lui répond sur un ton cinglant : « La Main Noire... »
  7. 3 points
    Oyez Oyez, Citoyen de la république, Fier Guerrier de Crom, puissant chasseurs de Yog, Dangereux adorateurs de Set et tout les autres qui sont dans les terres des exilé. Un lieu se crée, un lieux de repos de détente et de paix. les bain de la vallée des dieux s'ouvrent pour les besoins de tous. Le repos, la détente obligatoire dans ces terres sauvages. Mais aussi le rétablissement, la méditation et le luxe de pouvoir un moment, laisser son esprit se reposer. Créer sous la surveillance d'Edelween Finsil D'Irinmael, a la demande du consul Victoria, ce lieux est neutre et demande a chacune des personnes de respecter cette paix qu'il y trouverons. Des huttes fermée a clé sont a la disposition de chaques clan pour que vous puissiez poser vos affaires 2 bassins, un d'eau chaude et un d'eau froide sont là pour vous apporter détente et relaxation 3 salons de massages sont a votre disposition notre disposition unique d’éclairages permettra de profiter des lieux de jours comme de nuit. La république de Mitra vous invite a venir a l'inauguration de ce lieux niché au nord de la vallée de Dieux.
  8. 3 points
    Acte IV -L'ombre d'une destinée- Bien à l'abri au sein des ombres de notre repaire, le cri des esclaves résonnes dans un claquement de fouet, une ambiance règne dans la ville entre quelques exilés et nos marchands, les gardes patrouilles dans les sombre rues, et les esclaves habillés légèrement qui servent les clients de la taverne, La dague du Démon s'enfonce brutalement sur la position la tribu Umzuzu, dans la carte déroulée sur une épaisse table au bois travaillé, gisant aux milieux de cruches et de quelques pièces d'or disséminés. « Tu as tes ordres, ramènes le moi Khiran! » Sans un mot, j'acquiesce d'un signe de tête et me retire pour effectuer ma mission. Sur le chemin, je fais un large détoure par le sud, suivant le lit du fleuve Styx, un nouveau couple d'exilés profite de la fraîcheur de l'eau, la femme est accroupie pour boire au creux de ces mains jointes, l'homme est debout, armé d'un bâton pour ce défendre de la faune sauvage. Deux pauvres âmes errantes de plus qui n'auront plus jamais l'occasion de recommencer leurs vies à cause de moi. Mais ils sont loin d'imaginer qu'ils serviront des desseins plus sombres. Je passe à l'action, je saute sur l'homme et lui sectionne la gorge d'un coup d'épée, ses mains tiennes instinctivement sa gorge, tentant de retenir le dernier souffle de vie et provocant un râle bouillonnant dans son sang. L'espace d'un battement de cœur, je coupe net la tête de la compagne d'infortune, toujours agenouillée au bord de l'eau, son sang coule dans ces mains encore jointes, ce mélangeant la l'eau de vie. Puis comme poussé par le souffle d'une brise légère, son crane tombe sur la rive dans un éclaboussement. Un ruissellement de sang ce berce dans les eaux, tandis que je met le macabre trophée dans un sac de toile. J'arrive une nouvelle fois dans le camps de Yog, croisant le jeune chasseur que j'ai sauvé quelques jours plus tôt parmi les membres de la tribut, une fois encore, je sollicite un entretien avec le chef des Umzuzu. Nous discutons de plusieurs affaires, armes, pièges et j'en vient à leur nouveau pensionnaire. Je leur propose de leur en débarrasser, mais Olvor refuse net. « Et pourquoi devrais-je te livrer cette homme ?, il est utile à la tribus » je souris intérieurement, prend le sac ensanglanté et libère le contenu devant l'imposant chef tribal. Les deux cranes tombent au sol en s'entrechoquant. « ce chasseur est coupable de meurtre, néanmoins, ces compétences m’intéressent, il n'est pas honorable envers votre dieu, il ne pourra le servir dans le sang corrompu et noir » La colère enflamme les yeux de mon interlocuteur, il se lève brusquement et abois des ordres dans la langue tribal en sortant de la hutte. Deux féroce guerrier traînent de force le jeune chasseur devant l’autel de Yog Brûlant, rejoint par le chef tribal fou de fureur. Je sors pour regarder la scène, un garde met sa main sur mon épaule pour stopper mon avancé. Darod, le jeune chasseur et ancien esclave récemment exilé ce retrouve la tête maintenue contre les briques brûlantes du puits de flamme par les gardes, un chaman masqué commence une incantions longue dans une langue complexe et guttural.. Le rite continue un moment avant de s'interrompre, Olvor discute avec le chaman, et cri des ordres à l'attention des guerriers, ceux-ci jettent violemment Darod à terre, qui me lance un regard apeuré. Le chef s'approche et me lance : « Prends ce chien, Assassin, il est indigne de Yog ! » Je m’exécute en compagnie du chasseur, s’éloignant du village, Darod me regarde interrogateur. « Je te l'ai déjà dit.....ta destiné m’appartiens... » Le choc des ténèbres est brutal pour l’apprenti, il sort en titubant de la battisse de l'Oracle, la porte ce referme derrière lui comme animé d'une force surnaturelle, éjectant des fumerolles obscures nauséabondes. Adossé au mur, je fait virevolter ma dague dans les airs, Darod balbutie difficilement quelques mots : « Je...je m’appel... Destiny...l'oracle ma donner une mission ! » Je sourie, masqué par le cuir devant mon visage, la mission est simple, tuer une cible définie pour être définitivement accepter dans la Main Noire. Pas de témoin. Simple mais efficace ! Nous nous mettons en chemin, moi et mon nouvel apprentis des ombres, la victime est facile à localiser, un chasseur de relique qui as motivé les vengeances d'un tiers pour avoirs un contrat sur ça tête. Comblants rapidement la distance, celui-ci est en compagnie de la jeune Mitradite qui hante mes rêves.. Darod ce met immédiatement en position dans les ténèbres, aveugler par une soif de sang obscure à cause de l'oracle. Il égorge d'un coup rapide et furtif sa victime avant de ce jeter sur la jeune femme, je tire une flèche entre mon apprenti et la créature charnelle de Mitra, Stoppant net l'avancée de l'apprentie assassin, il respire fort, le regard fixé sur sa prochaine victime. Mais peu importe quel magie noire utilise l'oracle, mes chaînes son plus solides et acérées ! Celle-ci tente de fuir, elle est rapidement rattrapée par nos ombres, prise au piège, dos à une falaise. « l'oracle a dit pas de témoin » Mes paroles résonnent dans la nuit, tandis que je m'approche. « et moi je dit de la laisser vivre.. » Mon regard se pose de nouveaux sur son visage, je lui demande son nom, la jeune femme me répond sur un ton fébrile : « Kaylli … Je m’appelle Kaylli. » Après quelque mot échangés ,je donne l'ordre à Darod de l’assommer, d'un geste rapide, je rattrape son corps inerte,contre ma poitrine, accompagnant avec douceur sa descente. Je sors une fiole noire de ma sacoche et en laisse couler un filet au creux de son poignet, sur la marque des esclaves. L'encre coule sereinement, recouvrant petit à petit la marque au fer rouge, je passe main sur sa joue,essuyant dans une caresse une larme coulant le long de sa joue. Mon apprenti observe tandis que ces brumes obscures se dissipent, interrogateur mais silencieux, respectant la scène ce jouant en sa présence. Kaylli...
  9. 3 points
    Acte III -Obscure présage- L'aube se lève péniblement sur la vallée du Styx, les premiers éclats du soleil balaye doucement sur L'ancienne citadelle sombre d'Achéron, chassant la pénombre du matin. Debout sur une haute corniche, je contemple ce spectacle, les poings serré, impassible, perdu dans mes pensées les plus obscures. La nuit était plus qu'agiter, elle hante mes rêves tandis que mon passé semble jouer avec mes cauchemars. Des visions.... des souvenirs effroyable s'enchaîne dans mon esprit au creux de la nuit, chaque nuit est un éternel recommencement... Un ciel rougeoyant..... des terres noirci par les caresses des flammes... des vapeurs ténébreuse... les cris entremêlé de pleures implorant la pitié...puis des corps ensanglantés empaler sur des piques ...puis je la vois.... elle..si belle...si douce... Une peau d'ambre... un parfum de jasmin... un nombre marqué à son poignet... ...un mélange de ténèbres et de lumière qui s'entremêle dans un ballet doux et frénétique... Son reflet m'apaise comme l'amour d'une amante caressant un homme. Mais sur ces terres, tous est éphémères, même les rêves. Je sent une présence dans mon dos, imposante, il marche calmement et rejoint le bord de la corniche Une voix rocailleuse résonne sur les hauteurs de la citadelle : « l'Ombre, il faut en finir avec le sénat, fais les venir à la citée des Ombres » je réponds en inclinant légèrement vers mon interlocuteur,« Oui, mon Maître... » La journée passe sur la ville de justice, caché à l'ombre d'un bâtiment, j'observe la place du forum, attendant patiemment une opportunité, d'ici je peut entendre le brouhaha des conversations de la taverne. La rumeur qu'un comptoir de commerce dons nous avons le contrôle, c'est répandu comme une traînée de poudre dans la vallée. Une voix grave et couvrante, résonne dans la beuverie, visiblement un Darfaris à l'intonation, une femme sort maladroitement du bâtiment, essaie de reprendre ces esprits et va rafraîchir à la fontaine au centre de la place. Je saisie l'occasion d'un geste rapide, me place dans son dos et posant le plat de ma dague contre ses côtes. ...ce parfum... J'isole la jeune femme rapidement des regards indiscret d'une main ferme, le jeune femme est tétanisée par la peur. Étrangement, son souffle est calme, régulier, comme si elle m'attendait ou chercher à me revoir. Je lui livre mes instructions, quelques mots pendant que nos regards ce mélange...quelques secondes qui semblent figés dans le temps. Je la repousse délicatement en direction de la taverne... la délivrant de mon étreinte obscure. Je la vois m'observer, comme si elle souhaite gagné un peu de temps en plus dans notre rencontre... Le tribun avait reçue le message, une expédition c'était organisé et avait pris le périple en direction de la citée des Ombres, Caché au creux de la citadelle. J'attends patiemment, caché dans les ténèbres des sombres couloir, tous passent devant moi. ...elle est la ... Ignorant, à la recherche de réponse à tant de questions. Leurs quêtes fini interrompus par la massive porte de notre citée sombre. Je les précèdes en silence, arc en mains pour les accueillirent, dans un sursaut de surprise et de peur, la garde rapprochée dégaina les armes et entoura le dignitaire, après un bref échange de menace, le Primus Pillus Depno, ce résilie et donne l'ordre de mettre les épées au fourreaux, ce doutant pertinemment que les guerriers de la mains noirs n'attendent qu'un ordre pour les massacrés. Pris au piège, je les conduits tous devant mon maître, Démon, afin de finaliser nos desseins, celui-ci entame les négociations, ne laissant peut de possibilité au tribun de faire valoir ces intérêts. Les éloges sont longues, elle se tien à mes côtés, lui accordant un regard tendre, sa main effleure la mienne.. Les levers de soleil ce succèdes, les nuits ce ressembles... Tous les pions noirs ceux placent dans la vallée, mon maître et moi avons pris contact avec la ville Setite, puisant empire sous l'égide du serpent, empreint de profonde cicatrices du passé sur la vallée du Styx. L’accueil fut solennelle et en même temps méfiant, nous nous présentons désarmé en guise de bonne foie à la maîtresse des lieux. La pharaonne Setna, en personne nous reçois, belle mais redoutable créature du désert, sous la garde des légendaires Cérastes. Les échanges de propositions débutent, éveillant l’intérêt de la redoutable Stygienne fervente de Set, forte et consciente de sa puissance. Nous repartons vivants avec la promesse de marchandages et de sombre services, satisfait mais prudents...
  10. 3 points
    Acte 1 ..Suite.. Ces mots résonnent en un silence glaciale entre les murs du Sénat. Aucuns n'osent interrompre la scène qui se déroule en leurs présences. La tension vient de monter d'un cran, la garde, plus que nerveuse à ces mots, commence à empoignez le pommeau de leurs épées... Une goutte de sueur coule doucement sur le front du Tribun, visiblement gêné de mon intervention, celle ci reprend péniblement la parole : "Bien ... Euh ... Nous verrons cela en privé je vous pris ... Euh Finissons la séance ..." Je recule doucement, en direction de l'immense salle, prenant soin de ne pas affoler les gardes qui me fixent avec un regard de méfiance aisément partagé. Le Tribun aborde les derniers sujets, visiblement pressé d'en finir et Gilgamesh me fixe avec un air de colère. J'observe patiemment les brefs débats du jour, tournant doucement mon visage vers la jeune femme au papyrus, celle-ci ayant du mal à suivre le débat en cours, perdue dans ces pensées les plus intimes et son devoir administratif de citoyenne. Nos regards s'entrecroisent un bref instant ... Un instant ... Quelques secondes qui pourraient représenter un ou deux battements d'aile de papillon sous le soleil de la mi-journée ... Semblant durer une éternité. Mes yeux semblent doucement glisser sur les courbes de cette femme jusqu'à ses mains, m'arrêtant sur son poignet droit ... Il y a quelque chose au creux de son poignet ... Un chiffre marqué au fer rouge ... Serait-ce une ancienne esclave !? Soudain, la main d’un garde se pose sur mon épaule, me ramenant brusquement à la réalité… « -Arrête de rêver ! Finis la mission ! » L’assemblée semble se retirer, la session étant visiblement terminé, les citoyens retournent vaquer a leurs occupations. Le Tribun accompagnée d’Illya Gilgamesh m’interpelle tout en faisant signe de la main à l’attention des gardes. Ceux-ci s’exécutent sans un mot, reprenant la direction des défenses de la citée. « Suivez nous Monsieur Derl’Razeir, nous allons nous entretenir dans ma demeure. » Les négociations sont longues...trop à mon goût...Gilgamesh me défie en joute verbal sur un ton hautain, presque insultant et volontairement provocateur, trop pour la Main Noire et moi même ! Le tribun tente de s’imposer dans les échanges.. Tentant de faire valoir les intérêts de Mitra, malgrés le fait que sa « compagne politique » lui coupe régulièrement la parole.. les négociations sont presque au point mort et nous tombons en désaccord sur de nombreux points. Notamment grâce à la large participation de Gilgamesh, la représentante du parti Droite, apparemment fière de sont éloge... Il va falloir que je me charge de cette garce.... Le régent de Mitra me laisse néanmoins partir, ce portant garant de ma sécurité en ces murs, à condition que je ne m'attarde pas évidement. Je me dirige vers l'entré de la cité en marchant, traversant la belle place de la ville qu'ils appellent ici le « Forum » ... elle est là.... Avec un autre homme se dressant à ses cotés... Un artisan visiblement, si j'en j'en croit l'état de ces mains.. celui-ci me pose un regard curieux,me passant en revue de la tête au pied. puis ce mettant à sourire en échangeant un regard complice avec la jeune scribe quand il aperçoit la présidente de droite ce recoiffer dans le reflet de la massive porte de la battisse du tribun.. l'artisan tourne ensuite le dos et emboîte le pas pour retourner à ces œuvres, laissant la jeune femme seul face à moi au forum... A son approche, je m’arrête à coté d'elle, marquant une pause involontaire. Sa peau est perlée d'une sueur, ajoutant un un léger effet de brillance à sa beauté, contrastant avec mon armure sombre et blanche.. Je peut entendre son souffle, presque nerveux a creux de sa poitrine, elle fait face à la maison du Tribun tandis que moi, aux portes de Mitra, l'un à coté de l'autre. Le temps semble s’arrêter une nouvelle fois... quelques secondes...des battements de cœur qui s'entre mêlent un bref instant... Sa main légèrement tremblante à mon approche pourrait presque effleurer la mienne recouverte de cuir. « ...Méfie toi des Ombres... » Reprenant doucement ma course, je marche en tentant d’effacer cette instant, essayant d'échanger par quelques sombres desseins la suite de la mission tous en reprenant mes esprits... le débat précédent du sénat parle agressivement des tributs de yog... leur caravane sera lente... Je dois en profiter....
  11. 3 points
    Bonjour à tous, Alors, pour me présenter, je m'appelle Simon. Bien que je préfère que l'on me nomme par mon pseudo "Legolast" (c'est du Quenya, la langue Elfique de Tolkien). Je suis assez jeune, presque 20 ans. Fan de médiéval fantastique (Tolkien en général...), aussi de star-wars et plein d'autres univers de film ou de série. Gros consommateur d'anime, j'en regarde au moins 3 fois par semaines en suivant toutes les sorties journalières, sur le temps qui me reste, je le consacre à Conan Exiles et quelque autre jeux, puis-je dors de temps en temps ^^. Concernant Conan Exiles, je suis Admin sur le serveur rp Styx de la communauté ConanExilesFrance.fr J'ai beaucoup voyagé, de la Polynésie Française, en passant par les état-unis (côte ouest) et même l'Australie ainsi que la Nouvelle Zélande (Globe trotter powa) J'en profite pour faire de la pub pour mon serveur, et souhaite vous croisait en jeu.
  12. 3 points
  13. 3 points
  14. 3 points
    Bonjour tout le monde et merci à la communauté CEF pour leur si bon accueil ! Comme l'a si bien dit @Shepard, n'hésitez surtout pas à venir me voir pour me poser des questions sur le serveur. Je vous répondrai avec plaisir. Que vous soyez débutant ou expert en RP, tout le monde est le bienvenu. Je vous invite également à consulter la partie du forum consacrée au serveur (http://conanexilesfrance.fr/forum/index.php?/topic/486-rejoindre-la-vallée-du-styx/). Venez, la Vallée du Styx vous attend !
  15. 2 points
    Maghok l’exilé Les filles et fils de la pluie. Shehad était un marchand puissant de la tribu des maghansù. Une tribu originaire de l'Est de Shem vénérant Ishtar, Anu, Ptéor et Astoreth. Leur particularité était d'avoir un dialecte interne à la tribu et ceci depuis des temps anciens, certains parlent de bien avant l'époque de l'atlantide. Formé d'une bonne centaine de membres, les maghansù, fils de la pluie, voyageaient continuellement et étaient assez cultivés. L'art du commerce nécessitait la compréhension des mathématiques et de l'écriture. Shehad était né une nuit de forte pluie, présage de la naissance d'un noble, ce qui l'avait mené à devoir devenir l'un des trois chefs de la tribu. Son nom signifiait don du désert, et il se maria avec bandishinhanshe, la perle du désert. Leur unique enfant, né par temps ensoleillé, s'appela fils du ciel, Maghok. Ce jeune enfant était la fierté de ses parents, sa curiosité était sans limite, il ferait un héritier digne de son père. Ses passions étaient variées : le commerce, les mathématiques, l'écriture, la poésie, l'équitation, le tir à l'arc. La joie de l'enfant remplissait de fierté ses parents et sa tribu. Le désespoir. C'est hélas une nuit où les maghansù avaient levé un camp avant de traverser la Stygie qu'ils furent attaqués par un groupe nombreux d'esclavagistes stygiens. Le bilan fut catastrophique. Il ne resta qu'une poignée de jeunes agés de dix à quinze ans, dont Maghok, qui furent ligotés puis séparés. C'est à ce moment précis que Maghok allait débuter son premier long exil. La première période fut celle des galères stygiennes. Sa force se développa au même rythme que son caractère fut maté. Après deux longues années, son bateau fut attaqué au large des côtes pictes. C'est ainsi que commença la deuxième période de son périple, esclave d'une sorte de shaman vénérant un dieu à tête de panthère, il fut utilisé comme serviteur du prophète. C'est en Cimmérie que la troisième période de son périple débuta. Le shaman picte avait trop voyagé pour semer sa parole étrange. Il s'était bien trop rapproché des fiers cimmériens. Il termina sa vie sa tête bien éloignée du reste de son corps, le regard de son bourreau presque moqueur criait au nom de de son peuple vengeance pour les cimmériens tombés sous les mains des sauvages pictes. Maghok ne fut pas exécuté, au contraire, il fut plutôt bien traité pour un sous-homme. Il fut utilisé comme aide à l'artisanat, aidant le forgeron principalement, mais aussi à bâtir lorsque le besoin s'en ressentait. Cette période fut assez longue et Maghok peu à peu retrouvait sa personnalité. Il n'était plus sans personnalité. Il voyait les cimmériens partir en guerre, forgeait des armes, bâtissait des maisons. Le souvenir de son ancienne tribu et de la liberté de Shem peu à peu fit son chemin dans son esprit. Un long chemin mental qui dura plus de sept années avant qu'il décide de s'échapper vers le Sud, vers l'Aquilonie, la terre du roi Conan. C'est en Aquilonie qu'il passa sa quatrième période d'exil, vivant de vol à la tir et de cambriolage. Toujours solitaire, il vivait enfin libre et y passa quelques années toujours attiré par le sud vers sa Shem natale. C’est ici qu’il découvrit Mitra, qu’il apprit peu à peu à vénérer, remplaçant Ishtar et Crom. Il vivait principalement de larons, de cambriolages. La fin de l’exil La fin de son exil fut le jour où il demanda à un chef de troupeau des nouvelles du roi. S'attendant à entendre parler du célèbre cimmérien, il entendit parler du roi Akhirom. Il était en terre shemite, et ne s'en était même pas encore aperçu. Sa vie changea de tournure. Il continua tout d'abord à voler puis se remit à un peu de commerce, se vendit comme mercenaire et embrassa des causes justes. Dans sa tête, Mitra et Ishtar prenaient une place de plus en plus importantes. Le nouvel exil, la vallée du Styx. Un soir, il n'avait plus assez de quoi se payer une chambre à l'auberge du coin, il cogna un homme dans une ruelle afin de lui prendre ce dont il avait besoin, rien de plus. Il se dirigea à l'auberge et bu plus que de raison. Lorsqu'il déssoûla, il était sans armes, aux mains des autorités de la ville. Chefs d'accusations : débauche, chant de ballades paillardes, vol à la tir... Il sentait que la clémence légendaire du coin allait le mener tout droit vers un des au-delà des différentes religions, mais non... Il fut vendu à une secte, probablement stygienne aux vues de leurs différents objets du dieu Set et leurs habits si typiques. Il se réveilla enfin, le soleil cognant sur son visage, attaché à une croix. Il s’évanouit, à son réveil, plus de croix, un désert, une gourde, un papier et en face de lui la terre de son nouvel exil... Résumé 0 - 15 ans : Maghok, fils du ciel, fait parti des Maghansù, les fils de lapluie, une tribu commerçante vénérant Ishtar, Anu, Ptéor et Astoreth. Il apprend les mathématiques, la lecture et l’écriture, l’équitation, le commerce et le tir à l’arc. 15 - 17 ans : sa tribu est détruite par des esclavagistes stygiens, il est emmené comme esclave dans les galères. Son mental est brisé mais son endurance se forge peu à peu. 17 - 19 ans : esclave d’un shaman picte. 19 - 26 ans : serviteur forgeron chez les cimmériens. Il apprend l’art de la forge et aide un peu en maçonnerie. 26 - 31 ans : errance en Aquilonie, vit de vols. Il apprend alors la religion de Mitra. 31 - 33 ans : enfin de retour en Shem, il embrasse des causes plus justes. Il fait du commerce et réapprend à vénérer Ishtar, sans oublier son allié Hyborien, Mitra. 33 ans : après un vol et une soirée de débauche, il est banni de Shem, et se retrouve dans la vallée du Styx. Mentalité Afin de comprendre la mentalité de Maghok, il faut comprendre trois éléments de sa vie. L’enfance, sa joie, son idéal : son enfance reflète pour lui un souvenir lointain de ce qu’est la vrai vie. La liberté, le voyage, la connaissance et sa foi retrouvée envers les dieux de Shem, principalement Ishtar, Ptéor et Astoreth. Il aspire encore et toujours à essayer de trouver des gens bons, capables de lui fournir un semblant de société qui le ramènerait dans son enfance innocente. L’errance, l’esclavage : tout débute par des esclavagistes stygiens. Sa haine envers Set et la Stygie est difficile à contenir. Hélas, passer près de dix années à servir a cassé une partie de son mental. En pleine discussion il peut se retrouver hébété, le regard vide. Il peut donc parfois passer pour un idiot. Son tempérament se révèle dans trois cas différents : sa survie, il est capable de tout pour survivre, même bafouer ses croyances, même s’il dit le contraire et qu’il en est convaincu, il serait le premier à déserter de peur de mourir. Il peut aussi devenir très agressif s’il se sent acculé, ce qui le met dans des situations très dangereuses. Face à des religions qu’il juge de démoniaque tel que Set et Yog ainsi que face à des stygiens. Son ton monte, il devient alors le reflet de ses croyances religieuses et de son aspiration à l’égalité de toutes vies humaines. L’esclavage est pour lui le dernier point à ne pas aborder. Mitra, Ishtar : Ishtar est une déesse bienveillante, ses rituels se font dans des orgies emprunt de sensualités et d’érotisme reflétant la fertilité. Mitra quant à lui représente la justice, l’égalité. tous deux sont réputés comme les dieux alliés de Shem et Hyboria. Pour ne pas révéler sa croyance envers Ishtar, il préfère se présenter comme fidèle de Mitra uniquement, surtout dans la vallée du Styx, sachant que nombre de citoyens de Mitrapolis ont des difficultés avec la nudité et le contact affiché. A noter que dans sa vision, il est inadmissible de voir de la pauvreté, il partage donc volontier et pardonne aux pauvres. Il se pardonne d’ailleurs facilement le vol et le mercenariat tant que celui-ci ne touche pas à des personnes dans le besoin. Physique Légèrement plus petit que la moyenne des hommes, il compense par une forte carrure. Il n’est pas très fort mais endurant (cela se traduit par vitalité et encombrement principalement, avec un peu en cran). Son visage est marqué et contrairement à nombre de shemites, il a le visage bronzé par le soleil. Compétences Lecture/écriture (Bon) Mathématique (Bon) Commerce (Bon) Equitation (Bon) Tir à l’arc (Moyen) Maniement des armes(Moyen) Forge (Expert) Maçonnerie (Novice) Charpenterie (Novice) Religion (Bon) : Mitra, Ishtar, Ptéor, Astoreth. Religion (Novice) : Derketo, Crom, Anu, Jhebbal Sag.
  16. 2 points
    "Mitra, aides moi ..." J'ai franchie le pas. Serais-ce une erreur ? Je n'ai pas la réponse. C'est si douloureux. La chaleur m'étouffe, elle m'empoisonne lentement. J’espère que chaque prochain souffle sera le dernier. Mitra, abrèges mes souffrances. Moi qui ai toujours été fidèle a ton culte. Ne m'abandonne pas, pas maintenant. Aide moi. "Mitra ..." Avec peine et souffrance, j'ouvre les yeux. Je suis là, allongée sur le sol. Je ne sais comment, j'arrive à lever les yeux vers ce soleil brûlant. Il m'accable tant. Dans un ultime instinct de survie, j'arrive à me redresser. Derrière moi siège une imposante croix couvert de sang, mon sang. Au sol, des liens déchiquetés. Je ne sais comment, mais j'ai été détachée de mon destin. Mitra n'a pas voulu de moi à ses côtés. Pas maintenant, il devait être trop tôt. Debout non sans peine, je m'obstine à traîner le reste de ma carcasse vers ce qui ressemble à un oasis. Un mirage ? Chaque pas est une douleur atroce qui remonte tout le long de mon corps. Dans le sable quelques traces fraîches d'animaux. Ils ne doivent pas être loin, je dois accélérer le pas pour arriver dans cet énorme mirage avant d'être dévorée par je ne sais quel créature. Après une interminable marche, mon corps tombe, je le sens s'écrouler de tout son poids. Je n'ai plus de force, je vais mourir. Quelques secondes, minutes ou heures plus tard, je ne sais vraiment, je peine a distinguée une masse verte et bleue devant moi. De l'herbe ... de l'eau. Ce n'était pas un mirage. Je suis en vie. Le peu de force qu'il reste en moi me permet de ramper jusqu’à la goutte d'eau la plus proche. C'est si bon. Mais je suis tellement faible, ma vue se brouille, je perd connaissance. **"Réveils toi fainéante ! Tu devrais déjà être au travail !" Ces mots martèlent mon esprit si souvent. Trop souvent. Une nouvelle journée qui débute comme si le cycle de la vie qui m'était destiné s'acharnait sur moi encore et encore. Elle me fixe, les yeux plissés, un air agacé et colérique sur le visage. D'un coup, elle tourne les talons en claquant la grille et en hurlant quelque chose d'inaudible. Un long soupir plus tard, assise sur ce tas de gravât me servant de lit, je me suis perdue à rêver. Ce doux rêve. Toujours le même ... D'un coup, l'horrible femme jette par l'orifice assimilé à une fenêtre un tas de paille et de débris : " Kaylli ! Dépêches toi ! Si tu arrives en retard, il va encore te punir !" cri-t'elle. Je me suis contentée d'un bref hochement de la tête. Debout, habillée. J’emboîte le pas difficilement. Mon estomac se tord de douleur, ma gorge me gratte, il m'est impossible dé déglutir sous cette assommante chaleur. Un vague signe a l'horrible femme et je cours dans l'allée qui relie les cachots des esclaves aux magnifiques jardins de nos maîtres. Sur la route, j'ai été stoppée net par Dukin. Un horrible personnage qui s'abstient de parler mais qui n'hésite pas à faire claquer son fouet en signe d'autorité. Dukin empoigne mon épaule: "Toi ! Une danseuse hier à gagnée sa liberté ! Et le maître attend !" Gagner sa liberté. Dukin sait pertinemment et aussi bien que moi que cette pauvre femme a due être battue à mort ou pire encore. "Ne me déçois pas encore ! Ce que le maître veut, il l'obtient et de n'importe quelle manière ! Montres toi docile !" D'un coup barbare derrière la nuque, il me pousse violemment dans un couloir étroit. Ce couloir qui m'a toujours fait peur. Je m'empresse d'essuyer mes yeux. La poussière me brûle et m'asphyxie. Quelques mètres plus loin, un petit halo de lumière. Timidement j'avance. Je sais ce qu'il y a. Je sais ce que je dois faire. J'arrive dans une pièce magnifique ornée d'or, de poteries et de tapisseries. Cet endroit sent bon à contrario de mon cachot. La lumière est douce et chaude, apaisante. Au milieu de la pièce se trouve un énorme lit couvert de peau d'animaux plus belles les unes que les autres. D'énormes soies de chaque côté tissées avec des fils d'or. Sur une petite table à gauche se trouve plusieurs jars, de l'eau, du vin, des coupelles de fruits et des assiettes de viande. Et moi qui meurt de faim. Une porte claque derrière moi. Pétrifiée de peur, je ne sursaute pas, je ne bouge pas. D'un geste tremblant je réajuste les ficelles qui servent à tenir le semblant de robe que je porte, effleurant douloureusement les os de ma clavicule. Une main ferme et dure empoigne mon épaule et me projette quelques mètres en avant sur l'imposant lit qui trône au milieu de la pièce. "Te voilà enfin !" Il monte d'un pas décidé, m'écrasant les jambes de tout son poids. Il enroule mes cheveux autour de sa main, tire ma tête en arrière et se penche pour murmurer a mon oreille: "Tu peux crier, tu peux demander de l'aide. Personne ne viendra ... Mais sache que j'aime ça ..." A ce moment précis, j'ai songé à ma mort. Je me suis toujours demandée comment j'allais mourir. Cette vie là n'est pas la mienne. Je n'en veux pas. Malheureusement je dois accepter. Je n'ai pas le choix. Que puis-je faire ? Je peux le laisser disposer à son bon vouloir, peut-être qu'il me laissera la vie sauve. J'ai peur. Peut-être qu'une fois rassasié le monstre s'en ira. J'ai mal. Je peux saisir la dague sur la table devant moi et éventré cet individu d'un seul geste. Je pleure. La dague, mais pourquoi faire ? Le risque serait d'être tuée. Ou pire encore, exilée. Je cri. Mais une fois terminé il partira et je pourrais m'enfuir, démarrer une nouvelle vie. Les secondes me semblent une éternité. L'exile ou la fuite ? Il est temps de faire un choix pour mettre fin à cette horreur. L'Exile. J'ai choisie l'Exile. J'ai pris la dague et d'un coup rapide et maladroit, j'ai transpercée la main de cet horrible personnage. Il hurle, il demande de l'aide. Mon cœur s'emballe, qu'est-ce que j'ai fais ? Mes mains sont couverte de son sang. Je tremble, j'ai peur. Des bruits sourds résonnent dans les longs couloirs. Du métal, des cris, des femmes en pleure. L'alerte a été donnée. En un rien de temps, je me retrouve entourée de garde hautement armés me pointant du bout de leurs lances brillantes. « Aaaaaah … hurle t-il, emmenez moi cette … esclave hors de ma vue ! Et dites aux bourreaux de s’amuser d’elle comme bon leurs semblent mais faites la disparaître !! » Alors que les gardes ont saisis mes poignets, une femme semblant flotter pose sa main sur l’épaule de mon maître et elle lui dit avec toute la douceur possible : « La mort est une trop douce délivrance, vous devriez l’exiler comme exemple pour votre peuple, » Ils se sont regardés comme si le temps c’était arrêté. Mes poignets me brûlent. Puis elle me fixe d’un regard réconfortant et tendre, comme si son acte était délibérément bon. Cette femme s’enquière de mon sort. Depuis mes plus lointains souvenirs, je n’ai jamais eu droit à autant de compassions de la part de qui que ce soit. A genoux, bras et pieds liés, j’écoute avec peur et douleur le sort qu’ils ont décidés de m’attribuer. « L’esclave numéro 11 ici présent, a délibérément désobéit aux ordres de maître Jitoh en refusant de servir le repas suivant les règles qu’a instauré le maître. Donc par conséquent, l’esclave numéro 11 subira une sentence exemplaire. Il sera condamné à l’Exile ce jour même. En espérant que les Dieux lui accordent la mort malgré son outrage. » Refus de servir le repas suivant les règles. Ils mentent au peuple. Mon ‘’Maître’’ refuse de dévoiler la véritable raison de mon exile. Je fixe sans expression le peuple devant moi, ils me regardent avec haine et déshonneur. Ils ne sauront jamais pourquoi je suis réellement ici aujourd’hui. Ils ne sauront pas non plus qui je suis vraiment. Numéro 11. Ce chiffre gravé à jamais sur ma peau. J’ai si peur de mourir, jamais je n’avais imaginer que mon destin serait l’Exile. Je lève les yeux au ciel, priant Mitra de m’accorder une mort rapide et sans douleur. Les chevaux s’arrêtent. Le soleil est au plus haut de sa course. Je sens son assommante chaleur sur mon visage. Ma gorge me gratte, la déshydratation me ronge doucement. Deux gardes s’occupent d’attacher mes poignets rougis. Fermement et violemment le nœud est scellé. Un troisième homme s’approche de moi, une goutte perlant le long de sa joue, son visage arborant une mine triste et effondrée. Il s’agenouille devant moi et commence a enrouler une troisième corde a mes chevilles, celle ci moins serrée que les deux autres. Je l’entend murmurer une vague prière barbare à mon dieu Mitra. Une fois la corde nouée, il se relève et tourne les talons en direction d’un imposant et magnifique cheval. J’aurais tant aimée monter à cheval au moins une fois dans ma jeune existence. « Esclave numéro 11 ! Tu ... - Kaylli, répondis-je fermement. - Peu importe ton nom esclave ! Les créatures en ces lieux ne saurons pas ton nom, elles te dévoreront sans même le connaître ! Le garde affiche un sourire maléfique. - Et bien je le leurs dirais … murmurais-je. » Il ordonne au cheval de tirer, les deux cordent à mes poignets me déchirent la chaire, elles me suspendent par accoues afin de monter mon corps, nu, étendu sur la croix en bois qui m’est attribuée. C’est donc ici que tout se finis. Tous partent sans me lancer un dernier regard sur l’atrocité qu’ils cautionnent. Sauf un qui peine à tourner les talons. Nous nous lançons un dernier regard avant qu’il disparaisse dans les vents de sable. Je ne sais combien de temps je suis restée là sur cette croix qu’est la mienne. Peut-être plusieurs jours. Je ne saurais le dire. La chaleur étouffante et la soif qui me ronge emportent ma raison peu à peu. Je suis la victime d’une horrible pièce qui se répète en boucle, celle où j’ai choisis d’être une Exilée.** J’ouvre les yeux non sans peine. Couchée au bord d’une rivière au milieu de je ne sais où. Je bois à grandes gorgées à la limite de m’étouffer. Mon estomac gronde. Je tente de me levée tremblante. Mon regard azur fixe l’horizon déterminé. Si Mitra à décidé que mon destin ne devait pas se terminer dans ce désert, c’est sûrement qu’il en a un autre pour moi.
  17. 2 points
    La main tremble légerement quand elle pose la plume d'écriture. elle souffle sur le parchemin pour que l'encre seche et repose le necessaire dans l'écrin a écriture. la marque laiser par la flèche disparait, comme toutes les cicatrices qu'elle soigne de toute manière. Elle pose les deux mains a plat sur la table et souffle doucement, une inspiration longue les yeux fermer a écouter le crépitement du feu qui fait rotir la viande. une expiration a entendre le glouglou de la fontaine de mitra dans le jardin. une nouvelle inspiration et expiration Des disparition, des assassins, des meurtriers... elle hait cette prison ! une nouvelle inspiration et expiration, le crissement du vent sur la pierre brulante. Que faire ? céder aux menaces ? Cela serais facile, mais cede une fois et ils recommencerons encore et encore et encore ... et jamais cela ne s'arretera. La guerriere Dana avait été précise sur ce points. Non elle ne cederait pas. Elle n'avait jamais ceder, c'est ce qui l'avait envoyer içi, au plus bas, il est donc temps de recommcner a grandir a se grandir. Une nouvelle inspiration et expiration, ca y est la bléssure n'st plus, sa méditation est fini, elle ouvre les yeux sur le mesage pour le sénat : "Citoyens ! Mes enquetes sur la disparition de la citoyenne Kaylli m'on mener a de bien troublantes conclusions : La mains noir a déclarée la guerre a la cité de Mitrapolis. Lors de mon voyage a la demeure de la citoyenne, au clan du monolite et en face du chef de nos armées, j'ai eu la désagréable surprise de me trouvée nez à nez avec un arc tenue par une representante de la mains noir. Hormis le fait qu'elle m'a annoner que je 'avais rien a faire en les lieu et qu'ils étaient propriéter de la mains noir elle a refusée de me donner d'autres infomations sur le destin, sans doute tragique de notre ancienne diplomate. n'ayant pas ni la force ni le besoin de declancher des hostilité j'ai donc fait marche arrière. A peine etais je rentré chez moi que le chef de la mains noir est venue me rendre visite. ou bien cet homme etait dans la maison de notre citoyenne disparue ou il est capable de se déplacer a la vitesse d'une tempete d sable. Toujours est il, qu'il m'a directement menacer de mort si je venais a continuer mon enquete sur la citoyenne kailly. Afin de donner du poids a cette menace il m'a décoché une fleche en m'indiquant bien qu'il pourrait tuer n'importe qui a Mitrapolis si l'envie lui en prenait. Est il possible et acceptable de laisser un tel groupe d'individu nous menacer impunément ? devont nous rester sans réagir et les laisser nous menacer, metre fin a nos jours et faire disparaitres les citoyens a leur guise ? Je vous laisse a ces réflexion citoyens de la ville. Je reste dans ma deumeure jusqu'a ce que la sérénité soit et qu'une décision se doive d'etre prise." elle glisse le message a la ceinture et se rend chez le consul pour déposer le message. Une marche de courte durée qui ne l'empeche pas de se retournée maintes fois. Ne pas céder n'est pas jeter la prudence aux hortis non plus. Le message est poser, le Consul en puis le sénat en auront connaissance rapidement et elle prend le chemin du retour a sa demeure
  18. 2 points
    Khiran m’a retrouvée parmi les ombres. Une dague glissant le long de mes côtes. J’esquive un sourire rassurant avant de me retourner vers lui. « - Je ne pourrais jamais t’échapper … L’Ombre m’adresse un regard profond et presque attendrit, puis range sa dague à sa ceinture. Il murmure : - J’ai besoin de tes services Kaylli. » Un service ? Mon cœur se resserre et mes pensées s’entremêlent. Je songe brièvement à mille et une chose. Nous nous fixons sans aucune interruption. « Consultes les archives Mitradite et apportes moi tout ce que tu trouves sur la Cité d’Achéron. » Ce nom ne m’est pas totalement inconnu. Une question me brûle la langue : « - Que veux tu faire avec ces informations … ? Khiran saisis ma main d’un geste vif et précis. - La curiosité te perdra ma chère Kaylli ... » Il s’enfonce à reculons dans l’obscurité. Le contact de nos mains peine à se rompre. Un discret soupire et je tourne les talons en direction de la Cité de la Justice. Sur la route, je croise de nombreux cadavres de créatures, égorgés, éviscérés. Ma bête noire couvre mon avancée. Aux portes de Mitrapolis, je souffle dans l’imposant cor pour annoncer ma présence. Un garde m’ouvre et après d’exemplaires salutations, je me dirige vers la bibliothèque. Le bâtiment est impressionnant, d’une excellente facture. Orné de lourde statue représentant notre Dieu veillant sur nous. La colossale porte s’ouvre dans un grincement strident. Je passe la tête par l’ouverture, personne. A l’intérieur, j’admire la quantité astronomique d’ouvrage. Filant entre les étagères, je cherche. Rien ici. Mais peut-être que les archives au sous sol m’apporteront des réponses. Ces quelques mots résonnent dans ma tête. La cité d’Achéron. Les archives de Mitrapolis ont le don d’être complète et très formatrice. Après quelques recherches, je détiens ses informations. Je m’extirpe avec une grande facilité de la bâtisse déserte. Une fois en dehors de la cité, j’ouvre les parchemins que j’ai dérobée. Il est question d’une ancienne cité, remplis d’être regorgeant de pouvoir. D’après les écrits, la nation d’Achéron est tombée dans une folle avidité, consumée par la Nécromancie et les séries d’assassinats entre leurs propres murs. La Nécromancie ? Qu’est-ce que Khiran veut à cette ancienne cité à présent et ruine et sans doute remplie de créatures plus ténébreuses les unes que les autres ? Je sens un courant d’air glacé le long de mon échines. Je me retourne puis sursaute. L’Ombre et son fidèle disciple Darod. Khiran prend le parchemin de mes mains puis le dévore du regard. Son apprentis ne me quitte pas des yeux, les poings fermés, le souffle brutal et le regard féroce. Sans quitter le parchemin des yeux : « - Tout va bien Darod. Il marque une pause le temps de déchiffrer l’antique récit en piteux état puis reprend. Et bien ! C’est un excellent travail Onze... Tu as un don pour la collecte d’information … » L’Ombre sourit étrangement. Onze ? Je me renfrogne un peu à l’écoute de cet insultant numéro. « - Tu vas te rendre dans cette Cité ? Khiran acquiesce d’un hochement de tête. Laisses moi t’accompagner ! - Hors de question, je n’ai pas le luxe de me permettre une sortie académique dans ce type d’endroit ... » Je souris à Khiran qui me fixe interrogateur. Je saisis un second parchemin et l’agite devant le regard médusé de l’Ombre. « C’est moi qui ai la carte ! Donc tu n’as pas vraiment le choix ! » Khiran se met à rire. Je suis couverte de ridicule à ce moment précis. Puis il me lance d’un ton moqueur. « Tu es encore plus fourbe que ces maudits pirates du désert ! Mais j’aime ça … » La maître octrois une tape dans le dos de son disciple qui se met à le suivre en direction des grandes plaines désertique où siègent les ruines d’Achéron. Peu fière de ma combine, j’emboîte le pas derrière les deux ombres. Nous profitons de la ténébreuse obscurité de la nuit pour traverser les grandes plaines aux abords de l’étrange cité. Les ruines se dessinent peu à peu, laissant la possibilité d’admirer les imposantes bâtisses qui trônaient ici autrefois. « Ici. » Je fixe les ombres sans véritablement comprendre. Darod et Khiran installent un feu ainsi que trois couches en peau autour de ce dernier. « Reposez vous, nous agirons de jour cette fois ci. » Je m’installe aux abords du feu, les nuits sont glaciales par ici. Nous pouvons sentir la magie émaner des murs d’Achéron. L’odeur du sang flotte dans les airs qui nous entourent. Je m’endors rapidement, écroulée sous le poids de la fatigue accumulée. Khiran me secoue doucement. Son arc en main, il me fait signe de ne dire mot. Je lève les yeux, stupéfaite, apeurée, je découvre une immonde créature. Une énorme bête ressemblant en quelques points à une chauve-souris se tient non loin de notre camp de fortune. Khiran tend la corde de son arc avec calme, vise, puis libère son emprise sur sa flèche qui va se loger dans l’aile de la créature. Darod contourne la bête puis saute sur son dos, assénant plusieurs coups brutaux dans le thorax du monstre. D’une ultime flèche, l’Ombre stoppe les cris cinglants et stridents. La créature tombe lourdement au sol. Les deux hommes se regardent, inquiets. Je déglutis difficilement. Je viens d’assister à l’atroce efficacité de la Main noire. Précision, force et barbarie. « En route ! » D’une voix rauque, Khiran donne l’ordre. Nous avançons avec précaution à l’intérieur des ruines. L’architecture est particulière et le calme qui réside est des plus mortuaire. A l’affût, les deux ombres progressent de pars et d’autres de moi. Khiran s’arrête puis consulte la carte. La carte ? Je tâte ma ceinture et comprend rapidement. Il a profité de la nuit pour subtiliser le vieux parchemin. Je souris. En me voyant, l’Ombre mime mon geste de la veille en agitant la carte devant moi. Mais le calme est de courte durée. Une horde de squelettes sort de terre. Ils nous entourent. Les deux hommes scrutent le spectacle. Une embuscade. Les monstres se sont coordonnés et ont lancés une attaque synchronisée sur notre avancé. Et visiblement, nous ne sommes pas les bienvenus. Nous engageons le combat, Khiran avec son arc puissant, Darod et ses dagues acérés. Bouclier et Falcata en main, je me lance vers les assaillants. Taillant dans les os animés. Le combat est long et devient de plus en plus éprouvant. « Darod !! » Khiran fait signe à son apprentis qui s’approche de moi. Il empoigne le col de mon armure et me tire violemment en arrière. Je trébuche et m’écrase sous le poids du lourd bouclier en acier. Traînée dans le sable, j’ai du mal à respirer à cause du nuage de poussière flottant avec l’agitation. Mon corps dégringole une énorme dune de sable. Je peux brièvement apercevoir Darod qui se retourne pour repousser la masse de squelettes avant de me rejoindre. Brutalement stoppée dans ma course, je me heurte à une forte fondation d’Achéron. N’ayant pas de temps pour reprendre mes esprits, une force me soulève comme une plume et m’emmène à l’intérieur de ce qui semble être un temple. Darod me lâche quelques mètres plus loin, je me débat et le fixe avec rage oubliant l’absence de Khiran à nos côtés. « Tu aurais pu me tuer !! » L’apprenti ignore mes paroles, il allume une torche, révélant son maître dissimulé juste à côté de nous. La bâtiment est impressionnant, les murs noires sont quasiment intactes ici. De nombreux dessins recouvrent les murs ainsi que des symboles inconnus. Khiran ouvre la marche, méfiant. Il scrute le sol, les murs, tout les alentours sont passés au peigne fin. Tandis que nous nous enfonçons dans les limbes obscure du temple, nous apercevons un corps inerte, gisant en plein milieux d’une salle. Personne ne dis mot. Une nouvelle embuscade ? L’Ombre s’avance et s’accroupit devant le cadavre. Un chasseur de relique, le corps décomposé, ses habits rougis par le sang, sans doute le sien. Dans sa sacoche, nous trouvons une petite statuette de Set. Khiran l’observe sous toute les coutures. Puis un torrent glacé d’une lueur bleuté tourbillonne devant nous. Une fantôme étrange apparaît. Il porte une longue cape et quelques ornements ressemblant étrangement à ceux de Set. Il débute un long monologue blafard au sujet d’ancienne relique, de prophétie : « … Le pouvoir de l’immortalité ... » L’immortalité ? Je lance un regard discret à Khiran, c’est ce qu’il cherchait. Mais pourquoi ? Tout ceci devient subitement inquiétant, remettant presque en question ma confiance envers la Main Noire. Il est évident que le pouvoir d’immortalité a une très grande valeur, surtout pour un pirate. Mais mes songes vont plus loin. Je pense à la pharaonne Setite, Setna. Quel serait l’engouement de Setna si elle apprenait qu’un pouvoir d’immortalité résidait dans les murs de l’ancienne cité d’Archéron. Le plan se dessine doucement, mes pensées sont plus claires et je commence à comprendre l’origine de notre venue ici. Malgré le sens malsain de la mission, je ne ressens aucune gêne. Je ne daigne plus écouter les paroles du divin Mitra. Je manque à ma promesse d’honorer mon dieu. Depuis plusieurs jours maintenant, Mitra s’est détourné de moi. Et malgré mes tentatives de retourner la situation, le divin dieu de la Justice est spectateur de ma trahison. Impuissante, il me faut accepter ou renoncer. Je tourne les talons et cours en direction de la sortie. Je veux rentrer chez moi, cet endroit me terrorise et l’affront que j’ai lancée à Mitra pèse lourdement sur ma conscience. Tout à coup, le silence de mort est brutalement transpercé par un cri grave, comme le rugissement d’une bête sortie toute droit des plus profonds enfers. Je me fige sur place, rejointe par Khiran et Darod qui semblent énervés par ma tentative de fuite. Armes en mains, nous sommes devant l’entrée du temple, aux pieds des escaliers extérieurs. Une masse sombre se dessine au loin, surplombant une dune. Deux yeux rouges fumants nous fixe. Un nouveau cri. Peu à peu la masse se rapproche de plus en plus vite. Elle se fige à quelques mètres, entourés d’une fumée épaisse, dense et étouffante. Le voile de suie se lève, emporté par une brise légère et salvatrice. Nous découvrons un immense dragon rouge. Une gueule remplie de crocs plus acérés les uns que les autres, des écailles rouges sortant des entrailles fumantes de la terre. La bête a une musculature forte et puissance. Elle nous dévore, nous jauge. Nous sommes sur son territoire et avons visiblement éveillés sa colère. Khiran et Darod ne vacillent pas tandis que la peur ne peut m’empêcher de reculer doucement. Mon dos se heurte à une ruine effritée d’Achéron. Une larme perlant le long de ma joue, la peur me dévore, m’accable. Je fuis. A vive allure, incapable de me retourner malgré le fait d’avoir lâchement abandonnée Khiran là-bas. J’aperçois la sortie de la cité interdite. Il me tarde de respirer un air clair et revigorant. N’ayant à aucun moment stoppée ma course infernale, je m’enferme chez moi, essuyant mes larmes. Tout se bouscule, une part de mon esprit sombre dans les ténèbres tandis que l’autre tente de faire surface. Le souffle coupé, mes poumons me font terriblement mal. La fatigue m’emporte et me berce lentement. Je m’endors. Khiran jette son gant de cuir sur le sol en bois de ma demeure ce qui me réveille en sursaut. L’Ombre panse quelques plaies superficielles me tournant le dos. Je me lève nue, confuse et m’approche de lui avec rage et une profonde colère. Il se retourne vers moi, me faisant à présent face. Je suis ivre d’une envie irrépressible, je lui assène quelques coups faibles, désordonnés au niveau de son thorax. Il ne dit mot et ne plis pas devant mes malheureux assauts. En larme : « Tu t’es servis de moi au même titre que toutes tes autres manipulations !! Dis moi ce que tu me veux qu’on en finisse !! » Khiran saisis mes poignets afin de stopper mes assauts. Puis il m’enlace avant de me soulever pleurante, jusqu’à mon lit. Il me pose doucement sur les peaux douces et épaisses, s’allongeant de paire sur moi. Je tourne la tête, fuyant le regard de l’homme qui tire mes ficelles. Il murmure : « C’est bien plus que cela … Tout est bien au-delà de ton imagination ... » Pour une fois, avec calme, il retire son épais masque de cuir couvert de griffures qu’il jette plus loin. C’est la première fois. Je peux enfin poser un visage sur l’ombre qui m’agrippe depuis autant de temps. Je pose mes mains de part et d’autre de sa forte mâchoire. Dévorant ce visage que je rencontre pour la première fois. Khiran passe une main sur ma joue puis m’embrasse avec sa rage et fougue habituel. Je me laisse cruellement emportée. Le temps se fige, chaque seconde est une délicieuse éternité. Abandonnée, goûtant pour la première fois à la si interdite luxure. Les rayons du soleil passent au travers des lattes en bois du toit qui me surplombe. M’éveillant doucement, j’ouvre les yeux, l’esprit encore embrumé. Songeuse sur notre découverte de la veille et les événements de cette nuit. Qu’est-ce que j’ai fais … Il est trop tard pour revenir en arrière. Je pense vaguement aux répercutions. Victoria n’acceptera pas la situation. Le sénat sera contraint d’agir. Il me faut fuir. Je soupire, me lève, enfile mon armure. Khiran est toujours là, profitant des rayon tiède du soleil levant. Je le rejoins timidement. Mal à l’aise avec les faits passés. Lui semble terriblement calme, comme je ne l’ai jamais vu. Il affûte sa dague sur un rocher : « - Tu allais partir sans me dire au revoir ? Je souris doucement. - Je dois aller en capitale Setite. - Pour ? Khiran prend une grande respiration. - Je dois en apprendre d’avantage sur la présence d’un artefact Sétite en plein milieu de l’ancienne cité d’Achéron. Ils ont peut-être des informations susceptible de m’éclairer. » Khiran se tourne vers moi et affiche un sourire doux et rassurant malgré la situation. Il aurait pu partir. Mais il est toujours là. Je ne me suis encore jamais rendue en capitale de Set. L’Ombre reprend en me jetant des vêtements très légers : « Tu vas m’accompagner. » Je ne comptais pas vraiment le laisser partir seul. Mais j’accepte la proposition faisant mine de ne pas m’y attendre. J’enfile les vêtements, il s’agit d’une tenue d’esclaves aux couleurs de la Main noire. Khiran m’observe avec insistance ce qui à le don de me mettre mal à laise. Je me poste devant lui sous ses yeux perçant. Puis, il se munis d’une chaîne accrochée à sa ceinture. J’affiche un sourire nerveux tandis que ses délicieuse lèvres se transforment d’un air moqueur. Enchaînée à Khiran, nous parcourons les terres en direction de la Cité Setite. Devant les portes, ma bête noire resserre les chaînes qui nous lient. Nous sommes accueillis par deux disciple de Set. L’Ombre demande poliment une aparté avec la Pharaonne : Setna. Nous marchons le long de l’allée qui mène au palais. D’imposante construction et sculpture ornent les abords. Ce lieu inspire la finesse et le pouvoir. Nous sommes escortés dans une salle où, réside en son centre, un énorme trône. Plusieurs personnes aux couleurs de la capitale entrent dans la pièce et s’installent dans un ordre bien précis. Un manège bien rodé. Tous se lèvent lorsque la Pharaonne entre. Personne ne dit mots. Elle s’installe calmement et dans le plus grand des silences. J’assiste à la scène dans mon rôle d’esclave, je n’ose pas imaginer si ils découvraient que je suis une Mitradite déguisée en esclave. Je dois garder mon calme, personne ne doit soupçonner ma couverture. Khiran s’avance : « - Bonjour Pharaonne, je … - Qui est cet personne avec vous ? Setna me pointe d’un doigt accusateur. Khiran peine à fournir une réponse. - Il s’agit de mon esclave personnel. » Setna me scrute, décortique avec attention la moindre de mes respirations. Puis elle reprend d’un ton ferme : « - Accompagnez là dehors ! Je ne veux pas voir d’esclave ici ! - Excusez moi Pharaonne mais je tiens à sa présence ici. Mon Ombre se tourne vers moi. Je t’affranchis ! Tu n’es plus mon esclave ! Puis Khiran se retourne vers Setna. Bien, pouvons nous poursuivre je vous pris ? » Les yeux plissés, Setna acquiesce. Khiran à semé le doute en elle et hélas, je peux lire sur son visage la méfiance. L’homme de la Main noire reprend calmement : « - Je suis ici pour vous montrer ceci … Il sort de sa sacoche l’artefact Setite trouvé hier dans la cité d’Achéron. - Je vais examiner ça ! S’empresse un homme. Je suis un expert en relique ! Il se frotte les mains, prends la relique de Khiran et disparaît avec. » Setna questionne attentivement Khiran sur l’origine de la statuette. L’Ombre se fait discret et très vague à ce sujet, il compte bien préserver son secret, pour le moment. Les négociations semblent compliquées. Plusieurs points sont abordés et les deux partis trouvent de multiples accords visant à conforter chacun. Je me concentre. Je dois passer inaperçue jusqu’à la fin. L’expert revient abasourdie : « La relique est … parfaite ! Elle a reçue la faveur de Set ! » Il semble être choqué par cette révélation, Setna et ses sbires de mêmes. Khiran est emporté dans ses pensés à ce moment. Je comprend alors que l’ancienne cité d’Achéron doit avoir un lien très fort avec Set et que tous ceci ne resterais pas dans l’ombre encore très longtemps. De froides et royales salutations, il est temps pour nous de nous retirer avant que l’empire Setite ne se rende compte de la supercherie qui s’est déroulée sous leurs yeux. Khiran me laisse place, tend une main en direction de la sortis et me dit : « Gente demoiselle ... » Mon sang se glace. J’accepte par politesse la courtoisie, mais l’erreur est faite. La respiration de Setna se bloque, et ses yeux perçant attentif à la bourde de l’Ombre. D’un regard je fais signe à Khiran qu’il est temps pour nous de partir et le plus rapidement possible. Escorté jusqu’à la sortie, je m’efforce de ne pas attirer l’attention. De nouvelles salutations des plus exemplaires, nous quittons la cité du Serpent. Nous nous enfonçons dans le désert aride. Et mes pensées se reperdent. Que dois-je faire … Tout se chamboule dans un cortège frénétique. J’ai trahis Mitra. Et à présent, je sombre lentement dans la douceur des ombres qui me bercent tendrement. Aux abords de la cité Noire, Khiran s’approche de moi : « Tu ne dois pas rentrer en terre Mitradite, il y a trop de risques … Reste avec moi ce soir ... » Je n’ai d’autre choix. J’ai lâchement abandonnée mes convictions et mes devoirs de citoyenne. Je fixe mon Ombre qui m’attend aux portes de sa ténébreuse cité. Je détourne le regard et le pose sur le soleil couchant avant de m’enfoncer dans les limbes de la Cité Noire.
  19. 2 points
    L’interminable séance du Sénat touche à sa fin. Je suis épuisée, mais il me reste quelques détails à régler avec Illya. Avec appréhension, je m’approche d’elle serrant mes parchemins entre mes mains. « - Dame Illya ? - Oui ? Répond t-elle déjà agacée. - Excusez moi, j’ai besoin de votre paraphe sur plusieurs documents officiels … Je déglutis difficilement. - Oui et bien montrez moi ça qu’on règle tout au plus vite ! » Toujours égale à elle même, hautaine, désagréable. Elle ne souhaite pas traiter avec les « petit peuple » et elle le fait savoir. D’un geste gracieux de la tête elle replace sa chevelure derrière elle, les bras croisés, soupirante. Je suis consternée. J’aimerais me jeter sur elle. Je sors de mon désirs et déroule devant elle les quelques parchemins. Elle paraphe les documents à la va vite, sans prendre la peine de lire. J’aurais pu lui dire que c’était des documents qui approuvent un traité de colonisation Yogite, elle les auraient signée. Je rigole intérieurement à gorge déployée. Un soupir plus tard : « C’est bon c’est finis ? » Je reste abasourdie par autant d’indélicatesse. Je suis là, niaise à la regarder pendant qu’elle s’empresse de tapoter du pied en signe d’impatience mais toujours avec élégance. « Euh … Oui, pardon Illya, ce sera tout. Je vais vous raccompagnée jusqu’à votre résidence. » Oh que je suis vilaine, j’ai tellement appuyée sur le mot résidence que le visage d’Illya se transforme peu à peu. Je pense avoir agacé au plus haut point cette langue de vipère. Je souris en remballant mes parchemins. Nous sortons du Sénat, le soleil est déjà haut dans le ciel. Une faible brise de vent passe entre les bâtiments de la cité. Arrivée devant la demeure, Illya souffle comme par obligation : « - Souhaitez vous entrer prendre un verre ? - Euh … Oui. » Ah ah ! Vile sorcière ! Tu ne pensais pas que j’allais accepter et qu’ainsi tu pourrais retourner vaquer à tes occupations ! Je secoue brièvement la tête, laissant le temps à Illya d’ouvrir la porte. Je dois retrouver mon sérieux. L’intérieur est des plus luxueuse. Des décorations, du mobilier de très bonne facture, une odeur de parfum relativement forte qui me monte rapidement à la tête. La présidente de droite me fais signe de m’asseoir. Je m’exécute sans rien dire, trop occupée à contempler la demeure. Une lame aiguisée à vif passe délicatement sous ma gorge, tandis qu’une main forte et imposante empoigne mon épaule. « Shhhht ... » Je suis immobilisée, je perd mon sourire instantanément. Peu après, cet odeur que j’aime tant, la poudre et le fer rouillé. C’est lui. Une fois de plus. Il prend un malin plaisir à jouer de moi. Moi, le témoin qu’il redoute tant. Kirhan aurait pu me tuer sur ce rocher la journée précédente, il pourrait recommencer ici. Malgré son geste ferme et précis, je sens une hésitation. Il ne le ferra pas. Je suis un nouveau pantin, trop précieuse pour le moment. Illya revient et se fige de marbre lorsqu’elle découvre la scène. Mais elle n’a pas l’air horrifiée, malgré ses manières. La présidente dépose un verre d’ambroisie sur la table devant moi. « - Allons ! Ce n’est pas des manières ! Asseyez vous ! » Kirhan laisse échapper un rire discret avant de retirer sa dague pour la ranger à sa ceinture. Relâchant l’emprise sur mon épaule, il fait glisser sa main le long de mon bras tout en s’asseyant. L’homme de la Main noire me lance un regard étrange. Il me fixe quelques secondes avant de se porter définitivement sur Illya. Ils se connaissent. Ma respiration devient saccadée, plus rien n’a de sens. Une conversation débute entre mon hôte et le second invité, mais je suis incapable de suivre. Illya insiste pour que je parte. Et je n’attend pas plus longtemps avant de partir du plus rapidement possible. Je ne me souviens même pas par où nous sommes entrer. Donc je décide discrètement de patienter dans une chambre, cachée derrière l’imposante porte en bois ouverte. Glissant le long du mur, je me replis sur moi même en boule, le visage contre mes genoux. Illya complote. Elle envisage d’utiliser les services de la Main Noire dans le but de servir ses propres intérêts. A ce moment, je pense à Victoria, aux citoyens de Mitrapolis. C’est une catastrophe. Notre Sénat est une magnifique pomme remplis de vers. Et lorsque les vers décideront de passer leurs plans a exécution, je pense que Mitrapolis sera en péril. Je sursaute lorsque quelqu’un repose un verre bruyamment sur la table. Sûrement Kirhan, Illya est trop bien élevée. Les chaises grincent. Ils se lèvent ! Je panique en silence, la fenêtre est trop petite pour que je puisse passer. Je fouille la pièce rapidement à la recherche d’une nouvelle cachette, mais rien. Je reste alors debout derrière la porte, masquant ma respiration avec ma main appuyée contre ma bouche. Illya ouvre la marche, suivie de Kirhan. Elle sort et lorsque l’invité de la Main noire passe a côté de la porte qui nous sépare, il toque a la porte deux fois juste avant de sortir, suivre la présidente. Il savait que j’étais encore là. Il a volontairement permis que je puisse écouter cette discutions. Mais pourquoi ? Hier encore, j’étais menacée de mort, traitée de témoin. Et aujourd’hui il m’offre des informations ? Je reste quelques secondes à retrouver mon calme, essuyant mes joues des quelques larmes qui ont coulées. La maison vide, je traverse la pièce et me hisse par dessus un mur. Je tombe lourdement, me relève et repars en courant me réfugier chez moi. Le souffle coupé, mes poumons me font horriblement mal, j’ai courue sans m’arrêter. Un peu d’eau, je m’appuies sur un mur. Sur ce dernier, une flèche d’un noir abyssal tient un parchemin noircis. Je l’ouvre en prenant soin de ne pas déchirer la feuille de mauvaise qualité. « Rejoins l’ombre au pied d’un géant déchu ... » Un géant déchu … J’explore les parcelles de ma mémoire embrumée. Peu après, mon regard d’émeraude se pose sur l’horizon. Le soleil se couche doucement. La nuit tombe et la route est longue. Non sans peine, je rejoins une énorme statue écroulée par les sentences du temps. Non loin de là, dans une grotte devancée par une cascade d’eau étincelante sous la lumière de la lune, une faible lumière accompagnée de fumée noire. Une exquise odeur de viande cuite. Je n’ai rien mangée depuis plusieurs jours et cette odeur m’affame encore plus. Je me glisse avec le plus de discrétion possible derrière un rocher. Khiran m’attend, agitant les braises brûlantes du feu avec un morceau de bois. Il se relève doucement, s’étire de tout son long faisant craquer dans un bruit sourd les os de sa nuque. Puis il s’assoie un peu à l’écart des flammes dansantes. Je ne trouve pas l’étincelle de courage pour y aller. Cet homme aurait pu me tuer, à deux reprises. Son arc accompagné de son carquois de flèches est délicatement posé là, contre le mur. Cependant, il porte toujours une dague tranchante à sa ceinture. Si il l’aurait voulu, je … « Tu vas attendre encore longtemps cachée derrière ce rocher ? » Décidément, le disciple des Ombres a toujours un coup d’avance. Je sors de ma piètre cachette timidement, fixant le sol comme une enfant recevant un sermon. « Assis toi et manges quelque chose. » J’exécute sans dire mot. J’ai tellement faim. Je mange à grande bouchée, oubliant parfois de respirer. Kirhan est là, à m’observer. Toujours ce masque sur son visage. Tapis dans les ombres, je sens son regard sur moi, ce qui me coupe dans mon élan. Je repose doucement la viande, m’essuyant maladroite, avec mon avant bras. « Qu’est-ce que tu me veux ? » L’Ombre se redresse et me fixe avec attention. Je suis là, avec lui, et tout ce qui sort de ma bouche c’est une infâme question dont la réponse m’importe peu. Il traite avec Illya. A mon tour d’abattre mes cartes. Il aurait pu me tuer à plusieurs reprises. Mais il sait aussi bien que moi, que je détiens des informations qu’il serait prêt à payer cher. Je racle ma gorge : « J’ai des informations, des … informations importantes. » Il hausse les épaules puis s’appuie dos au mur, serrant les lanières en cuir de ses gants épais. Je souris intérieurement. J’ai ce dont il a besoin. Je détiens une partie de son allégeance en échange de ce qu’il souhaite. Un échange de bons procédés en quelque sorte. Je repense à la conversation avec Illya. La finalité, le dénouement. Kirhan donne un dernier accoue violent aux lanières de ses gants, puis il bondit en ma direction. De peur, je sursaute et me retrouve dos au mur, l’Ombre à quelques centimètres de moi. Je sens son souffle chaud traverser le tissu noir cendre de son masque. « Tu devrais rencontrer l’Oracle ... murmure t-il. Puis après quelques secondes il reprend. C’est dommage de porter un casque avec un si beau visage ... » Ma respiration s’accélère, il n’a qu’un geste à faire, ma gorge est à sa merci. Il ricane puis recule doucement, s’appuyant de ses deux bras de par et d’autre de moi. « Il est inutile que je t’indique l’emplacement de la Cité Noire ... » Je hoche la tête mécaniquement. Il me terrorise. Mais quelques chose m’attire inlassablement vers lui. Kirhan ramasse son arc, son carquois, me jetant un bref regard dans la foulée avant de disparaître dans l’obscurité abyssale de la nuit.
  20. 2 points
    La tribu Umzuzu n’en revient pas, les Yogîtes se scrutent, inquiets, choqués. Un traître dans leurs rangs. Une nouvelle recrue qui n’est pas ce qu’elle semblerait être. Un mensonge, un mirage. Khiran sourit derrière son masque, il arrive petit à petit à ses fins. Son plan se met en marche, le dernier rouage est en approche. Il se redresse calmement. « Vous ne pouvez pas garder un traître dans vos rangs … Cependant, ses compétences m’intéressent. J’achète la vie de cet homme, dites moi votre prix ! » La tribu se concerte brièvement, puis l’un d’entre eux s’approche de l’Ombre masquée. « Il doit passer devant le puits de Yog avant. Nous devons savoir si il est digne de notre Dieu. » Le Yogîte emboîte le pas vers une tente à l’abri des regards, non loin du puits. Un Umzuzu barre l’accès a Khiran, ce qui se passe à l’intérieur ne doit pas être vu par un étranger. L’Ombre s’installe non loin de là, il tend l’oreille, mais seul des incantations inaudibles sortent de la tente. Peu après, les membres Umzuzu sortent, le traître empoigné fermement, ils le projettent au sol, au pied de Khiran. « - Il n’est pas digne de notre tribu ! Étranger, emmènes le hors de notre vue, avant que la colère de Yog s’abatte sur lui, cracha le Yogîte comme déshonoré. - Très bien, il fixe l’homme à terre, suis moi Darod Eckardt. » L’ombre mène Darod dans la Cité des hommes de la Main Noire. Après une brève visite, il décide de le présenter à l’Oracle. Devant la porte : « J’espère que tu sais t’incliner. Ne lui manque pas de respect ou il te tuera ! » A l’intérieur de la pièce, l’énorme trône surplombe, orné de fer et d’acier façonnés par les plus grand artisans de ces terres. Darod s’incline avec maladresse ce qui fît sourire l’Oracle. L’être est d’une noirceur tel que les ombres semblent émaner de lui, à ses côtés la lumière des torches est comme consumée ne laissant s’échapper que quelques étincelles de lumière. Les cris des esclaves résonnent dans la Cité Noire, couplés aux claquements des fouets et du bois brûlant dans les nombreux feu. L’interminable intermède terminée, la jeune recrue sort, son âme consumée par autant de noirceur. Les hommes de la Main noire subissent un choc psychologique à leur entrée dans l’organisation. Sans doute pour vider d’eux toute leurs parts d’humanité et ne laisser qu’un esprit violent et bestiale. Khiran sourit à la vue du pauvre homme, jouant avec sa dague. « - Je … Darod déglutit difficilement, je dois abattre une cible, un assassin non loin de là. L’Oracle m’a indiqué un endroit où je peux commencer les recherches. Et si la mission est un succès, je serais définitivement des vôtres. - Très bien ! Et bien allons y mon ami ! Je me joins à toi tu permets ? Je dois vérifier que le travail est bien fait. » Les deux hommes de la Main noire quittent la cité, à la rechercher de leur cible. Ils parcourent, de nuit, le territoire jusqu’au frontière des terres Mitradites. ** Je pousse un long soupire, la nuit va bientôt tomber, il faut que je rentre. Non loin du bateau de la Main noire, je ne peux m’empêcher de jeter quelques coups d’œil. Mes pieds s’enlisent dans le sable brûlant, il est difficile de se mouvoir et surtout avec cette chaleur. Au sommet d’une dune, un corps inerte allongé sur le sable. J’hésite un instant. Une embuscade ? Je fouille l’horizon à la recherche d’une trace quelconque, mais rien. Le danger écarté, je me précipite vers le corps. Un chasseur de Relique ! Ces hommes sont connus pour être des escrocs, pilleurs avec une attirance flagrante pour les richesses en tout genre. Je saisis ma gourde que je porte à sa bouche asséchée. Dans un ultime souffle de vie, il bois doucement quelques gorgées. Il ouvre les yeux avec peine. « - M… Merci … - Shhht … Ne parlez pas, vous êtes affaiblis. La chaleur vous a sûrement piégée. Venez vous reposez chez moi, vous repartirez à l’aube demain matin. » J’affiche un sourire réconfortant, l’aide à se relever et le soutient tant bien que mal afin qu’il puisse marcher jusqu’à chez moi. Après la traversée du désert, je lui propose de s’assoir et de reprendre des forces quelques instants. Traîner un homme dans le sable sous une chaleur assommante est de la folie. Je l’assoie sur un rocher tandis que je m’installe en face de lui. « - Tenez, mangez ça ! En lui tendant un lambeau de viande séchée. - Kamesh, je m’appelle Kamesh gente dame. » Kamesh prend mon présent avec douceur, je le fixe en me questionnant sur sa venue ici. Et pourquoi était-il autour du bateau de la Main Noire ? Il voulait piller une bande de voleurs sans fois ni loi ? Mon regard se tourne sur le bateau, l’ombre des montagnes glisse paisiblement sur la vieille battisse décrépie. « Je vous remercie de votre aide gente Dame, sachez qu... » Quel spectacle d’horreur ! Mon ôte se retrouve la gorge tranchée. Du sang gicle de sa gorge qu’il tient de douleur, les yeux grands ouverts il me fixe apeuré avant de tomber en arrière, mort. D’un bond je me lève, faisant face à l’assassin, vêtu d’une tenue de la Main Noire. Khiran ? Ma tête tourne, mon cœur s’accélère. Pourquoi ? L’homme s’approche furieusement de moi, je peux entendre son souffle s’accélérer. Il va me tuer, je vais mourir ici, dans ce désert. D’un coup, une flèche passe entre lui et moi et termine sa course juste devant mes pieds. Tremblante, je lève la tête. Il est là. Del Razeir. L’assassin de la Main noire s’arrête, me fixant d’un regard ténébreux. Sa soif de sang empeste. Dans un élan de survie, je cours en direction de mon habitation non loin d’ici. La peur s’empare de moi, la panique. Je trébuche sur un rocher et m’écrase lourdement au sol. Relevée aussi rapidement que j’étais tombée, dague en main, je cherche mes agresseurs dans les ténèbres cinglantes. Je ne vois rien. Ma respiration affolée, mes mains maladroites, une larme perle de long de ma joue. Dans l’obscurité, une silhouette se dessine puis une deuxième. Et dans un silence de mort, j’entends quelques murmures : « - Pas de témoins ! C’est ce qu’a dit l’Oracle ! - Et moi je te donne un contre ordre. » Khiran s’avance, arc en main. Une flèche prête à partir. « - Enlèves ton masque ! Dit-il d’une voix douce et rocailleuse. Je m’exécute après avoir reculée au bord d’un gouffre. Plus aucun échappatoire. - Ton visage me dit quelque chose … Quel est ton nom ? Reprends t-il. - Kaylli … Je m’appelle Kaylli. - Aah … Il est inutile que je te redonne le mien. Sourit-il. - Non en effet Khiran. Pourquoi t’es tu introduis chez moi cette nuit ? - J’ai fais ça ? Il affiche un sourire moqueur. » Ses yeux. Je ne les oublierais jamais. Ce masque. Celui que je rêve chaque nuit de retirer. Del Razeir demande a Darod de m’assommer. Attendez quoi ? Mon corps s’effondre avant que je n’ai pu réaliser. Dans un reflex vif, Khiran glisse ses bras sous moi pour ne pas que je heurte le sol. A mon réveil, je suis seule, étendue sur un rocher. Ma tête me fait horriblement mal. Je me lève hésitante avant de traîner ma carcasse rejoindre mon habitation. Sur mon bras, une tâche d’encre noire recouvre le tatouage qu’il m’avait été attribué lors de ma vie d’esclave. Tout est tellement flou. Il faut que je me rende à la citadelle noire. Je dois apporter de la lumière sur toute les ombres qui régissent ma vie.
  21. 2 points
    J'ouvre les yeux. Une nouvelle journée commence. Encore une nuit à voir le visage masqué de Kiran. Il hante mes rêves. Je n'arrive pas à détacher son visage de mon esprit. Ses yeux claires nacrés arborant un regard perçant. Je me vois tendre une main fébrile pour le démasquer ... Et je m'éveil. Chaque nuit depuis notre rencontre, depuis l'incident. Nos destins sont à la fois étroitement liés et tellement éloignés. Il fait partis de ce genre de personne qui ont le dons de m'ôter tout moyens. Il me désarme. De peur ? Je ne pense pas. C'est plutôt ... une profonde intrigue. Une intime sensation que nos destins s'entremêlent dans une danse effrénée. Je pousse un long soupir. C'est tellement compliqué. Je dois en apprendre plus sur cet inconnu. Sur ses intentions. Je passe une main légère sur la marque "numéro 11" sur mon poignet. Je secoue légèrement la tête. Je dois arrêter de penser à tout ça. D'un pas assuré, je sors de chez moi. Il faut me rendre à Mitrapolis. Victoria a appris l'existence d'un comptoir commercial quelque peu intriguant. Nous devons y aller afin d'obtenir quelques informations et éventuellement, des accords de commerce. Le soleil m’assomme. Au plus haut de son zénith, il surplombe nos têtes. Passant à proximité du bateau de la main noire, je lance quelque regards curieux sans m'arrêter. Arrivée devant l'avant poste, j'observe notre magnifique cité. Mitrapolis. Des arbres d'une splendeur sans nom. Une muraille forte et protectrice, l'odeur du cuir mélangé aux cuisines de la capitale. Marchant en direction de la cité, je m'arrête au abords, fixant le sable. C'est ici que j'ai croisée Kiran la première fois. C'est ici qu'il s'est emparé de mes nuits. Le cors de Mitrapolis résonne. Je rejoins Depno devant les portes de la citadelle. Un bref hochement de tête, le Primus s'avance vers Morlock qui nous ouvre. Des salutations plus que polies, nous suivons Morlock qui nous fait découvrir les agrandissements récent de la cité. Un temple de Mitra flambant neuf, énorme, une battisse hors norme et magnifique. Une caserne pour entraîner les futurs recrues de la garde sous le commandement du Primus Depno. Peu après nous sommes rejoins par Victoria, son sourire protocolaire et justicier fend son visage. "Bonjour citoyens ! Allons rendre visite à ses commerçants !" Enjouée, le Tribun emboîte le pas. Nous sommes en route pour le mystérieux comptoir. Mon regard sillonne le sable. J'aimerais, au plus profond de moi sentir à nouveau cette odeur. Ressentir sa présence, l'impression qu'il nous observe. Le chemin s’achève, nous sommes arrivés. Armes dans les fourreaux, nous approchons. Au bout du ponton menant au comptoir, nous rencontrons un homme vêtu d'étoffe et de tissu de bonne qualité. Son accoutrement ressemble à celui que portait les émissaires étrangers qui rendaient visite à mon ancien maître. Je plisse les yeux et m'enferme dans un mutisme observateur. "-Bonjour étrangers, nous sommes des envoyés Mitradite. - Mitradite dits vous ? Mmh ... Le commerçant se redresse comme s'il voulait paraître plus grand. Je ne suis qu'un simple commerçant. N'auriez vous pas un peu de nourriture ? J'ai récemment tout perdu et la faim me guette ..." Étonnes, nous accédons à sa piètre demande. Victoria commence à engager la conversation comme à son habitude, mais elle est interrompue : " Ah ! Bonjour voyageurs ! Excusez mon absence, j'étais occupé ... Que puis-je pour vous ?" Nous nous retournons vers le comptoir. Un second homme se tiens à l'intérieur du bâtiment. Il nous observe attentivement comme méfiant. Puis il reprend : " Je suis en charge du comptoir, nous avons de nombreux matériaux à échanger, qu'est-ce qui vous intéresse ?" Victoria lui répond avec un discours pré-fait. Mitrapolis. Visite. Accords commerciaux. Le commerçant a quelque chose d'étrange. Il est trop méfiant. Il savait qu'un convois Mitradite viendrait lui rendre visite. La poudre, le fer rouillé. Kiran. Je me dirige vers le bord de la rive et j'observe de l'autre côté. Je fouille l'horizon. Mais rien. Je dois me changer les idées. Il y a trop de surface d'ombre dans mon esprit actuellement et mon jugement risquerait d'être altérer. Je me retourne vers les commerçants et les interromps: " Pour qui travaillez vous ?" L'assemblée de retourne vers moi, visiblement les commerçants n'apprécient pas ce type de question à en croire leurs expressions. " Je n'ai pas pour habitude de donner le nom de la personne qui m’emploie gente dame." Il sourit d'un air narquois. C'est malsain. Surtout lorsque l'on décortique les informations donnés par ces vendeurs. Ils parlent d'étoffes chez les Cromites. Ça n'a pas de sens. J'aurais espérée qu'ils me donnent une piste. Un endroit, un nom. Une direction où chercher. " ... La cité Noire ..." Je fixe avec attention le commerçant, comme prête à lui sauter à la gorge. La cité Noire ? C'est un bon début. D’après le vendeur, elle porte plusieurs noms. Le nom que l'on lui donne. Des échanges plus tard, Nous décidons de rentrer. Une personne importante nous attend en Mitrapolis. Et cette personne n'est autre que l'impressionnant Monomopala, descendant de Monomopala, descendant de Oran Outan. Un personnage des plus ... captivant. Une carrure imposante. Un accent chaud. Une voix perçante. Et une magnifique chevelure blonde qui a eu le mérite de retenir mon attention durant tout le discours de son propriétaire. Monomopala est un homme curieux et très communicatif. Il parle. Encore et encore. Et toujours. Il a soif de culture, d'apprendre, mais visiblement le calme n'est pas un maître mot. Victoria propose un verre ? c'est tout ce dont j'ai besoin. Accompagnée de Monomopala bien sure. Moi qui n'ai pas pour habitude de boire de l'alcool, j'ose aujourd'hui. Et je n'aurais pas dû. Je sens la chaleur me monter à la tête. Après m'être excusée, je sors prendre l'air. La pointe d'une dague effleure mes côtes. "Avance et surtout, ne dit rien !" Cette voix. Kiran! Il m'emmène dans un recoin de la cité, dans ses ombres. "Tends ta main, il répand un liquide noire dans le creux de ma main, montres ça à ton chef !" Mes yeux se perdent en les siens. Mes lèvres s'entre ouvrent mais aucun sons ne parvient à sortir. Je déglutis difficilement. Je suis là, inerte à le fixer. D'un geste vif mais doux, il me pousse en direction de la taverne où j'étais. Je me retourne et marche à reculons. Il est là. Il me fixe depuis les ombres rangeant sa dague à sa ceinture. Nos regards ne se quittent pas. Mes pensées s'entre mêlent, c'est le chaos. Je rejoins non sans mal Victoria et les autres, partis découvrir les nouvelles architectures. Je tend ma main à Victoria et quelques mots sortent de ma bouche : "L'inconnu de l'autre soir … Il m'a demandée de vous montrer ça ..." Victoria semble savoir ce que c'est, mais elle me demande de vite nettoyer ma main et n'y prête plus attention comme si elle cachait quelque chose. Lors de notre échange avec le comptoir auparavant, Morlock à échangé quelques babioles contre une carte qui semblerait indiquer l'emplacement de la cité noire. Je fixe ma main, l'encre noire s’estompe doucement au contact de l’eau. Je repense à tout ça. Cet inconnu aux yeux de perles n'a pas d'intentions bienfaitrices pour Mitrapolis. Je dois garder en tête son comportement malsain qui a faillit coûter la vie d'Illya. Morlock et Victoria s'interrogent sur une éventuelle visite à la cité noire indiquée sur cette carte. Les yeux perdus dans le vide, j'accepte, évidement. L'empressement. La route me semble terriblement longue et périlleuse alors qu'il ne s'agit que d'une demi journée de marche. La nuit tombe paisiblement. L'obscurité s'installe. Nous voilà en ton territoire Kiran. L'emplacement sur la carte est là devant nous. Quelques torches éclairent l'entrée d'une grotte étroite. A l'intérieur, je commence à sentir cette odeur. La poudre. Le fer rouillé. Au bout de ce passage sinueux, une énorme porte. Le Primus Depno s'apprête à sonner le cors, avertissant de notre présence, lorsque : " - Qui va là !" Nous nous retournons et il est là. Son regard impitoyable. A nous fixer avec son arc, caché derrière ce masque que je tente de retirer chaque nuit. Armes en main, prêt à répondre. Victoria entame les négociations forcées. Et après de brèves paroles, Depno ordonne non sans mal: "Rangez vos armes." Le convoi Mitradite s'exécute. L'inconnu sonne le cors, nous entrons dans la cité noire. Kiran débute une visite. Nous pénétrons dans une forteresse des plus sombre. De nombreux gardes menaçant nous observent, prêt à bondir sur nous au moindre faux pas. Quelques torches éparpillées éclairent des murs renforcés. De nombreux esclaves travaillent pour leur compte, sous le coup des fouets et des râles de douleurs. La cité noire est une mine d'or de commerce. Des esclaves, des matériaux, des armes, armures. Les Mitradite le suivent mais ne prêtent pas plus attention que ça. Victoria se cache derrière Morlock et Depno. Tandis que ce dernier observe avec patience l'intérieure de la cité, cherchant sans doute une sortie de secoure si le besoin se présentait. Kiran nous mène jusqu’à une petite porte en métal. Il ouvre et nous fait entrer. Un homme à nouveau masqué siège là, sur un trône. Un homme glacé, de marbre et d'un calme assourdissant. La bouche entre ouverte, je me place à gauche de l'assemblée, observant le moindre détails de tout ce qui se trouve dans cette pièce. Des coffres laissant entrevoir des objets couvert d'or, des trophées d'animaux que je ne connaissais même pas. Kiran ferme la porte lourdement et vient se placer à côté de moi. L'envie me consume, mais je me retiens. " - Je vous présente le Maître Démon." Cette phrase résonne en moi et parcours ma peau d'un frisson. Maître. Ces hommes sont des esclaves ? Des pions utilisés par un seul homme pour assouvir n'importe quelle folie ? L'attentat de l'autre soir devait nous guider ici. Et c'est chose faite. Le Maître démon répond à Kiran d'un signe de la main. Il propose à Victoria de nombreux échanges possible de commerce ainsi que des services quelconques. Cette cité se porte garante du sale boulot en échange d'avantages divers. Je lance un bref regard à Kiran, qui me le rend. Il est réduit à ça ? Il est un pion de plus à placer. Le maître semble très confiant envers Kiran, il lui a permis de venir à notre rencontre, serait-il son bras droit ? Quelques accords concluent. Ils nous invitent à boire un verre. Je ne peux m'empêcher de chercher les réelles raison de cet attentat. Pourquoi vouloir abattre le Tribun ou Illya ? Les échanges que nous avons concluent sont bénéfiques pour les deux cités. Auraient-ils essayés d’exécuter un contrat ? Un contrat passé avec une des autres factions. Set ? Crom ? Yog ? Plus rien n'est clair à présent. L'ambiance tendue est palpable. Victoria exprime son envie de mettre fin à la rencontre, les esprits sont épuisés. Et le mien plus que jamais. De retour à Mitapolis, nous sommes tous sidérés de cette rencontre. Nous n'avons aucun échappatoire. Hormis accéder à leur demande, pour le moment, nous n'avons pas d'autres choix. Nous sommes pris au piège et à leur merci. Enfin sur mes terres, dans ma maison. Épuisée, je me glisse sous la couverture en peau. Il me faut peu de temps avant de le revoir. Je tend la main, encore une fois ... Puis cette odeur ... Réveillée en sursaut. Je fixe une nouvelle marque noire sur le dessus de ma main. "Kiran …"
  22. 2 points
    Les propos du bas droit du Tribun sont violents, agressifs et sans aucun sens. Barbares, sauvages, c'est ainsi qu'elle qualifie les tribus Yoggîtes. A dire vrai, je ne les ai jamais rencontrée, mais j'ai entendue diverses histoires sur eux. Et pas beaucoup de bien. Cannibales. C'est le mot qui ressort dans quasiment tout les écris à leurs sujets. Il sont souvent impliqués dans des histoires de sacrifices humains, ils vivent dans des endroits sombres, reclus de toute forme de société. Je pousse un long et discret soupir à force d'écouter les propos injurieux qui sont crachés ici. " ... je suis contre un quelconque traité avec ces ... sauvages ! aboie Illya Gilgamesh, bras droit du Tribun. - Calmez vous Citoyenne, vous ne devriez pas juger ces tribus sur leurs coutumes et leurs traditions. Disciple de Mitra, la justice ne tranchera pas en faveur d'une ethnie quelconque, il vous faut être neutre actuellement à leurs égards." Je n'ai pas pu m'en empêcher, ces mots me brûlaient les lèvres. Plusieurs dénigrations après, une ombre se dessine doucement à l'entré du consulat. Cette ombre semble si froide, comme si une aura de violence et de haine l'entourait. D'un pas silencieux voir presque inaudible, l'ombre s'avance doucement vers la lumière émanant de Mitra. Un homme d'une grande carrure, masqué, portant une odeur de poudre et de fer rouillé mélangée. Il se racle la gorge, dégageant ainsi sa voix: "- Bonsoir, je suis Kiran DelRaizer, de la Main Noire ..." Mes pensées ont sauvagement buttées sur ses quelques mots qui martèlent mes souvenirs. La Main Noire, il parle de ces pirates sans fois ni lois ? Que fait-il ici ... Les pirates qui se mettent à demander l'aide de la Justice ? Tout ça n'a de sens. Rapidement de retour, hors de mes pensés, l'échange fût bref et sans doute efficace. Victoria lui offre une aparté. De longues minutes s'écoulent. Liinune et moi même attendent dehors pendant que notre Tribun et Illya conversent avec ce sombre pariât. On ne peut s'empêcher de s'échanger des regards inquiets au sujet de ce qu'il peut se passer à l'intérieur. Peut-être que cet homme est ici dans un but lucratif. Son arrivé était des plus inquiétante. Tapis dans l'ombre, impossible de savoir depuis quand il était là. Et si il avait surpris d'autre séance au sénat ? Il venait peut-être à la pêche aux informations afin de les revendre au plus offrant. Mais qui ? Un grincement sourd résonne, l'inconnu, Illya et Victoria sortent des appartement du tribun. Victoria arbore une mine inquiète. Illya se recoiffe et ajuste sa tenue de danseuse en observant son reflet dans l'argenterie de la massive porte en bois. Je lève les yeux au ciel et la mime grossièrement d'un air moqueur en fixant Linune qui ne peut se retenir de sourire. Le pirate passe a côté de moi et me murmure : "-Méfie toi des ombres ..." Puis il disparaît dans la nuit de la même manière qu'il était arrivé. Je pouvais entendre le souffle tendu de Victoria. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé dans cette aparté, mais apparemment rien de bon. "- Nous allons devoir nous méfier de cet individu, souffla le tribun avant de reprendre, citoyens, il est temps pour nous de nous rendre au camp de la tribu Umzuzu !" J'ai brièvement entendue parler de cette tribu lors de ma vie d'esclave. Des voyageurs parlaient d'êtres assoiffés de sang, sans cœur ni valeur. Sans cœur, c'est un peu contradictoire lorsque l'on sait que les tribu Yoggîte ingèrent le cœur des guerriers qu'elles tuent au combat. A cette idée je remue la tête, je ne doit pas y penser. Le soleil est brûlant. Nous parcourons les magnifiques terres Mitradites. Des étendues de flore sauvage puis un paysage de sable chaud comme la braise. Victoria se retourne silencieusement vers nous et murmure : "- A partir d'ici, nous sommes en terre des affranchis, restez sur vos gardes." Liinune et moi même acquiescent d'un bref hochement de tête et nous nous remettons en route, à l'affût d'une quelconque embuscade. Après une demi journée de marche, nous apercevons le camp Yoggîte. Une douce odeur d'épice, de cuir et de bois brûlés embaume les environs. Plusieurs colonne de fumées noires s'échappent vers le ciel. Victoria souffle dans l’énorme cors à l'entré du camp afin d'annoncer notre présence. Un petit groupe de cinq ou six individus sortent des différentes yourtes pour nous rejoindre. Le premier contact semble plutôt bon, chaque groupe se scrute et décortique avec attention l'autre. La tribu n'est pas farouche, nous ne sommes pas les premiers "civilisés" qu'ils voient. Un homme robuste, musclé, la peau foncée par des symboles en terre, s'avance : "- Bonjour Mitradite, bienvenue au camp de la tribu Umzuzu ! Je suis Olvor, époux de Taga, chef du clan, je la remplace durant son absence." Victoria sourit et débute les formules de politesses. Peu après, voyant que nous ne sommes pas hostile, le chef nous invite dans le camp. La main prête à sortir ma dague, j'avance en relâchant peu à peu le pommeau de cette dernière. Ils n'ont pas l'air si sauvage que ça. Le chef Umzuzu fait une brève visite du petit camp, de nombreux ateliers rudimentaires, des petites yourtes faites de brindilles séchées et de petits bois, un sol terreux recouvert d'empreinte de pas. Une toute autre culture. Au milieu du camp siège un imposant édifice, cela s'apparente à un puits, ayant en son centre non pas de l'eau, mais un feu vif et assommant. Un vieil arbre se tient derrière ce puits de feu, supportant un énorme crâne humain sculpté dans la pierre. Un prêtre Yoggîte murmure dans un langage inaudible ce qui ressemble à une longue prière ou une incantation. Nous nous arrêtons non loin afin de discuter de possibles échanges commerciaux. Illya se tient timidement à côté de Victoria, elle a perdu sa langue ainsi que sa fougue à critiquer la culture de cette tribu. A ma droite, Liinune, méfiante tout comme moi, on ne sait jamais. En pleine conversation, nous entendons un petit craquement dans une yourte à proximité de nous. Le silence a pris place. Tout les regards se rivent vers cette yourte. Une embuscade des Umzuzu ? Je replace ma main sur le fourreau de mon épée, prête à croiser le fer. La tribu avait l'air tout aussi étonnée que nous. Le chef nous explique qu'une personne dort à l'intérieur et qu'il n'y avait rien à craindre. Après avoir détachés notre regard, tant bien que mal, de la yourte en question, un membre de la tribu demande au chef : "- Pourquoi avez vous le même langage que le peuple de Mitra ?" Sans même m'en être rendue compte, il dit vrai. Ce personnage s'exprime de manière étrange au vu de leurs façon de vivre. D'un air gêné, il répond: "-Oui, mmh ... Je dois avouer que, je connais Victoria. Dans ma vie d'avant, nous nous connaissons depuis l'enfance ... Les siens semblent stupéfaits, au moins autant que nous, il reprend, mais je vous expliquerais plus tard, je vous dois au moins cela. Je souhaiterais m'entretenir avec Victoria si vous me le permettez. En attendant, allez sous la grande yourte discuter avec nos invités." Victoria part avec Olvor. Je jette un dernier coup d’œil par dessus mon épaule. Voir mon tribun accompagné d'une tribu inconnue, partir à l’abri de nos regards ne m'enchante pas. Mais, je dois penser aux accords que l'on pourrait conclure, tout cela serait bénéfique pour Mitrapolis. A quelque pas de là, nous sommes sous une immense yourte. L'architecture est sommaire mais très ingénieuse et calibrée. Au milieu se tient un énorme feu et tout autour, des bancs en bois façonnés grossièrement. Les membres restant nous scrutent à nouveau, Liinune et moi sommes mal à l'aise. Les Umzuzu s'assoient en face de nous et plongent leurs regards sombres en nos yeux perdues. Personnes ne dit un mot, à ce moment là, nos conversations n'était pas orales, mais spirituels. J'ai sentie en eux que leur culture étant au centre de leurs vies. Ils sont prêt à mourir pour honorer Yog et même bien plus. Ils ne sont pas hostile comme ce que l'on peu entendre à leurs sujets. Bien au contraire. Ils ont soif d'apprendre et de transmettre à leur prochain les base d'une vie Yoggîte. Quelques minutes plus tard, Victoria, Illya et Olvor se joignent à nous. Victoria affiche un visage réconforté et serein. Le tribun et son bras droit prennent place sous la yourte, la nuit tombe doucement, la température chute, la lumière s’enfuit. Les conversations vont bon train, les échanges commerciaux, les territoires, ... Dans un sifflement strident et rauque, une flèche manque de peu le tribun et finis sa course dans l'épaule d'Illya. Elle pousse un cri de douleur perçant avant de s’effondrer au sol. Liinune et moi, relevées dans un sursaut, épée et bouclier en main à protéger notre tribun. Victoria se baisse prêt d'Illya pour lui apporter les premiers soins. Un message enroulé autour de la flèche : "Prenez garde aux ombres." Les ombres ? L'inconnu de Mitrapolis m'a mise en garde également. Kiran DelRaizer. Cet homme ne m’est pas totalement inconnu. Je plonge brièvement dans mes souvenirs. Lors de mon arrivée en ces terres, peu de temps après mon exile, la première fois que j’ai voulu me rendre à Mitrapolis, j’ai croisée un individu lui ressemblant étrangement. Ce dernier menaçait de me tuer si je ne lui donnais pas un mot de passe. Il était à ce moment là, très proche de la capitale. Il a peu aprés, décoché plusieurs flèches en ma direction dans le but de me faire fuir. Il semble vivre non loin de Mitrapolis. Tandis que mon regard fouille le passé, les Umzuzu sont là, arc en main, prêt à se défendre contre une autre attaque, à nous défendre. Victoria explique avec calme qu'il va devoir tirer d'un coup sec sur la flèche. Illya n'a même pas eu le temps de se plaindre pour la énième fois que la flèche était dehors. Elle hurle de douleur. Plusieurs membres des Umzuzu, Liinune et moi même partent à la recherche de l'attaquant. Avec dextérité et facilité, les Yoggîtes pistent les traces au sol qui pour moi, ne sont que du sable remué et des pierres. Nous courrons, nous courrons à ne plus en avoir de souffle. Arrivé au sommet d'un rocher nous avons perdu Liinune, sûrement retardée à combattre des créatures. Je fais quelques pas en arrières puis je revois la scène horrible qu'il vient de se dérouler sous mes yeux. Je repars avec la tribu à la rechercher de l'auteur de l'attaque. Nous arrivons dans le désert, des dunes de sable à perte de vue. Impossible de bien se mouvoir, même si les Yoggîtes semblent moins gênés par leurs armures rudimentaires. Au loin, une masse sombre se dessine, déformé par l'étouffante chaleur émanant du sol poussiéreux. Une flèche arrive à toute vitesse, un Umzuzu est blessé mais sa détermination lui donne la force de courir vers l'individu. Nous courrons, encore et encore. Mes poumons me font horriblement mal, la chaleur me brûle, m’assomme, la soif s'installe. La peur s'empare de moi, il fait sombre, la nuit est cauchemardesque en ces lieux. Des créatures rôdent autour de nous, tapis dans l'ombre. Et cet homme, tapis avec elles. D'un coup, une autre flèche nous effleurent, la tribu jette leurs lances faîtes d'os dans la pénombre en direction de la position présumée du départ de la flèche. Mais rien. Un Yoggîte pointe une direction, l'inconnu est là. Il se tient sur une dune. Je plisse les yeux mais je peine à distinguer cet homme de la noirceur de la nuit. Nous nous précipitons en sa direction et sautons le suivre dans le lit de la rivière. Il se déplace extrêmement vite, il est agile et d'une force incomparable. Nous le touchons une fois, deux fois. Rien ne semble l'atteindre, il continu sa course. Fin stratège, il nous attire dans un camp des chiens du désert. Attaqués de toute part, les Yoggîtes et moi même font front commun, combattant ensemble, nous protégeant mutuellement. Une fois les chiens du désert abattus non sans mal, nous recherchons l'inconnu. Plus aucune trace. Les Umzuzu ont balayés la zone mais rien. Je fixe un passage entre deux rochers, il mène directement au camp des hommes de la Main Noire. Si prêt de Mitrapolis. Trop prêt. Épuisés, blessés, nous décidons de rentrer au camp Umzuzu. Illya a été rapatriée d'urgence à Mitrapolis pour y recevoir les premiers soins. Victoria nous accueille soulagée mais inquiéte à la fois. De brefs remerciements, de nombreuses intentions de conclure des accords, ils nous faut repartir à Mitrapolis. Kiran est là dehors, quelque part. Il nous surveille depuis l'ombre. Il nous observe comme si nous étions des animaux en cage. Il nous traque. Je peux sentir son odeur partout où nous passons, comme s’il nous devançait de seulement quelques mètres. De retour à Mitrapolis, Illya se porte bien, elle survivra. Victoria est inquiéte et troublée. Et moi, je suis intimement persuadée que l'incident de ce soir ne sera pas, d'ici peu de temps, un cas isolé.
  23. 2 points
    Das la vallée quelques affiches de papier traiter a la cire sont placés ça et là a hauteur suffisante pour ne pas être arrachée par les animaux sauvage. sur ces affichette sont marqué les mots suivants : "La Petite Alchimie annonce son ouverture Des blessures a soignée ? des os mal remis, votre dos couvert de cicatrice vous annonce l'arrivé des tempètes ou que vous êtes a proximité d'une source ? Vous aimeriez pouvoir vous laisser pousser les cheveux sans être envahis de vermine ? Votre rasage au couteau silex vous irrite la peau ? Des choses a oublier, des souvenirs qui vous hante, un amant, une femme, un massacre d'enfants que vous ne pouvez plus supporter ? Alors à la petite Alchimie nous avons de quoi vous aider. Situer au nord de Mitrapolis nous prendons vos commandes et vous fournirons les traitements sur mesure pour apaiser vos soucis. Attention : Certain traitement délicas demanderons un délais de préparation Edelween Finsil D'irinmaël Alchimiste diplômé de Vendyha. "
  24. 2 points
    Première fois que je remarque une "apparition" dans le jeu qui m'emmène jusqu'à un gros rocher, s'agenouille et disparaît. Je casse le rocher et un coffre y était dissimulé. Amusant
  25. 2 points
    Bonjour a vous, Je me présente, Benoit (Edelween Finsil d'irinamel en jeu (enfin Edelween)) J'ai rejoind le clan de Isashi (ami IRL) sur le server PVP j'aime beaucoup le jeu, j'ai jouer a AOC lors de sa sortie et je retrouve l'ambiance qui me plaisais. Merci pour la mise a disposition des serveurs Je suis plus un joueur RP mais comme mes amis sont sur le serveur PVP, je me ferais au raid (ou oas :D) Il est possible (si cela est authorisé) que je crée une Edelween coter serveur RP pour donner libre court a mes envie de jeu de rôle (et je developperais la vie de Edelween Finsil d'Irinmael a ce moment là) Merci a vous pour tout le travail que vous avez fait sur les serveurs
  26. 2 points
    Avec l'arrivée en jeu d'une multitude de nouvelles emotes pour nos personnages, certains d'entres vous se demandent surement où peut -on et/ou comment faire pour dénicher et acquérir ces emotes !!! Voici donc le repère des différents emotes "cachés" sur la map représentant soit des fantômes (généralement pour les danses, des notes ou bien encore des journaux. Pour faciliter la recherche, un screen accompagne la localisation de chaque emotes. A savoir que sont exclu délibérément de la map les emotes que l'on obtient à la création du personnage ainsi que ceux des divinités. Bien sur, la liste n'est pas complète et sera finalisée prochainement ***** Aperçu ***** - "Croiser les bras" : - "soumission" : - "danse Khitienne" : - "danse haka" : - "se tortiller" : - "se peigner" : - "acclamer" : - "lever la main" : - "danse aquilonienne" : - "fesser" : - "envoyer un baiser" : - "se venter" : - "capituler" : - "saluer" : - "séduire" : - " viens-là" : - "danse cimmérienne" : - "soupir" : - "gagner" : - "danse du ventre" : - "bailler" : - "COMING SOON"
  27. 2 points
    UPDATE # 26 Décorations - Pièges et modification des mods ! Dans Conan Exiles, vous pouvez déjà faire une multitude d'objets pour décorer votre maison, votre camp, enfin votre base, sans compter l'aide des nombreux modeurs du jeu qui propose leurs objets en plus de ceux du jeu. Mais maintenant vous pouvez encore en mettre encore plus, car la mise à jour #26 apporte pas moins de 50 objets décoratifs, ainsi que deux pièges et une mise à jour pour les moddeurs du jeu ! L'ajout de pièges ! L'ajout de deux nouveaux pièges, qui sont deux mines, l'une explosive l'autre à vapeur toxique, toutes deux mortelles, si un joueur marche sur une mine, celle-ci ne se déclenche que si le pied du joueur se retire et donc explose ou libère le gaz toxique, néanmoins les mines à gaz sont moins puissantes que les mines explosives, mais si elle est placée judicieusement dans un couloir par exemple, elle peut donc devenir dévastatrice ! Les mods plus facile à faire ! Les moddeurs ayant apporté de nombreuses modifications aux tables d'articles de Conan Exiles avaient du mal à refaire leurs mods dus aux tables existantes qui étaient souvent modifiées et donc rendent les mods incompatibles entre eux. Désormais cette mise à jour inclut de nombreuses modifications apportées à la table d'article du jeu, les moddeurs peuvent désormais créé leurs propres tables d'articles, ceux-ci complètent désormais de nouvelle tables en plus des tables actuelles du jeu, ce qui implique également que les moddeurs n'auront plus à mettre à jour leurs mods à chaque mise à jour du jeu, ce qui rend également en partie de nombreux mods compatibles entre eux, pour finir les mods n'auront également plus d'être mis à jour sur les serveurs privés tant que ce dernier n'a pas été mis à jour ! Lien pour les moddeurs. Décorateur Principal Avec cette nouvelle mise à jour, vous pouvez créer de nouveaux lits, nouvelles chaises , des bancs, des oreillers, de nouvelles tables et de nombreuses autres décorations étant terrifiantes ou magnifique digne d'un palais ! L'équipe de Conan Exiles France vous invite à partager vos plus belles créations sur la suite de ce sujet ! D'ailleurs, des pochetrons du serveur RP CEF vous proposent de venir fêter cette mise à jour autour de plusieurs verres !
  28. 2 points
    Salut compagnons barbares de ces terres. Avez vous déjà entendu parler de SoAp_GaMeR, alias Sébastien, ce fieffé lettré avec à peine 2 poils au menton ? Non ? Ca ne m'étonne pas ! C'est un tout jeunot de 20 piges ! Pas de poils au menton je vous avais dit. Un lettré comme je disais. Par contre, c'est pas un barbare hein, et non. Son petit truc à lui, c'est l'histoire. Il est à la fac de Rouen (mais ca existe pas dans le monde de Conan ca ?!) depuis 3 années déjà, il termine sa licence pour partir ensuite sur un master portant sur la révolution française ! Un lettré quoi. Mais quand ca parle de bastons y'a pu personne. Eh bah ce gars là, ca fait 8 ans qu'il pratique le jeu de rôles, vous savez, ce truc bizarre où il se réunit dans une hutte sombre avec ses copains érudits et où ils se prennent pour des chevaliers, des magiciens et tout et tout ! Le genre de mec qui rêve d'une autre vie quoi. Enfin lui, c'est surtout le mec schizophrène qu'on appelle maître de jeux, et qui incarne tout plein de rôles en même temps. Comme je disais, quand ca parle d'écriture, ce truc inutile, il est là. Pour le reste par contre... Bizarre ces érudits. La hache, y'a qu'ca d'vrai ! En plus des défauts déjà cités, je peux vous donner son principal : il joue. Tout le temps, il fait que ca. PC, PC et PC. Cette machine infernale crée par Set lui même ! Pas étonnant qu'il joue un sétite ! Ca mériterait un bon bûcher tout ca, ou mieux encore, l'usage de la fosse de Yog ! Bon okay, des fois il est absents (souvent le soir), car il passe du temps avec sa famille ou sa chérie (le voile tombe : c'est princesse BB8 sur le discord !). Non non, pas d'inquiétude il n'a pas encore de petit barbare et c'est pas prêt d'arriver de suite ! Tant mieux, vous auriez imaginé un deuxième comme lui ? Autant se jeter dans la fosse de Yog soit même. Conan Exiles est son premier vrai jeu de rôle sur PC, car d'habitude il ne joue qu'aux jeux de rôles papier. Non non, je sais pas ce que c'est le papier hein, c'est lui qui m'en a parlé. Encore une invention démoniaque de Set sans doute. Il a acheté le jeu, ce qui est débile, il aurait pu le prendre de force à coup de hache, juste pour pouvoir faire du RP. Il a fait un serveur, sur lequel il a rencontré des copains aussi fous et débiles que lui. Et tous ensemble, ils ont décidé d'ouvrir leur propre serveur RP : La Vallée du Styx. Et vu que c'est lui le plus débile, il en est le gérant. Dernière chance pour la fosse de Yog hein. Et puis finalement, cette équipe de crétins à rejoins Conan Exiles France, leur serveur est devenu un des serveurs officiels, et ils ont nommé ce gars là rédacteur en chef de la communauté. C'est à n'y rien comprendre. Si vous voulez, je peux vous jouer de la musique avec ma hache, c'est de l'art ca aussi. En tout cas, il paraît que sur son serveur, il joue actuellement le rôle du pharaon sétite (et voilà j'avais raison) et qu'il à obtenu le pouvoir en donnant des coups de haches dans le dos, le traître ! Si jamais l'un d'entre vous à davantage d'informations sur sa position, je lui offrirai une récompense digne de ce nom ! Faut bien que quelqu'un lui rende ses coups de haches hein. Pour toute information à ce sujet, demandez Martok ! Allez, salut. Je compte sur vous.
  29. 2 points
    Bonjour à tous, Je me lance dans une petite présentation :-) Shain (Phil) 39 ans, Belge, région Namuroise. Amateur de Jeux de rôle depuis de nombreuse années. J'ai commencer sur papier, plateau, réel puis 1 er jeux vidéo, depuis je n'ai jamais arrêté . Je suis arrivé sur Conan Exiles dès le lancement, comme joueur, puis admin serveur privé et j'ai fini par atterrir sur le Serveur officiel (La Vallée du Styx) Pub Dans la vie, je boss en partie comme formateur et instructeur dans le domaine des Arts Martiaux, Sports de Combat et Self-Défense. J'ai également une petite famille (5 enfants ) ce qui fait que par moment je suis un peut moins présent. Merci à tous pour votre accueil et vôtre confiance !!!
  30. 2 points
    Très belle vidéo promotionnel !!!! Bravo !!! Rejoignez la Valée du Styx :-)
  31. 2 points
    Bonjour, compagnons des terres des exilés ! Bonne nouvelle, nous avons réalisés une bande annonce du serveur, pour votre bon plaisir, et pour faire de la publicité ! Si cela vous plait, n'hésitez pas à lâcher un like, à partager la vidéo, ou autres ! Merci à Viky pour ce merveilleux montage ! Bon visionnage
  32. 2 points
  33. 2 points
    Ohhh, faite pas gaffe, il est bizarre ... ;-) Bienvenue !
  34. 2 points
    Carte des états : Carte des provinces :
  35. 2 points
    Forgeron Zingarien III Sabre d abordage exceptionnel
  36. 2 points
    Erreur pour les prétres et esclavagistes. Leurs nomination n est pas I II III. exemple maitre garde chiourme (Kursite ou autres) pour le plus élevé sinon il en existe une vingtaine de dénominations différentes. Pour compléter la liste ci dessue je ne parle que des Légendaire. Légendaire Armurier Jehungir Fer à cheval. cuisinier Vatessa la gaillarde. Tanneur Valesso Da Reyn Fondeur Idra L Escarbille Menuisier Sigyn la menuisiere 5 au lieu de 7 pour les niveau 3 et 10 autrement bois renforcé. Danseuse Imiu de derkheto Et il manque les combattants qui sont très fort et se déplacent plus facilement. Désolé pour les fautes.
  37. 2 points
    Chers exilés, Depuis que nous avons sorti Conan Exiles voilà des mois de cela, nous nous sommes acharnés à améliorer le jeu, et à avancer dans la bonne direction. Nous l'avons mise à jour plus de 30 fois depuis le lancement de l'accès anticipé, en corrigeant des exploits, des bugs, en ajoutant des nouveaux systèmes et contenu. Nous nous devons toutefois d'être clair, toutes les mises à jour n'ont pas fait avancer le jeu dans la direction désirée et certaines d'entre elles ont pu créer des problèmes sur quelque chose, en essayant de régler d'autres soucis. Cela est la conséquence de notre désir d'améliorer le jeu au maximum afin de le rendre le meilleur possible, mais, bien entendu, les joueurs ne sont pas impressionnés lorsque nous cassons leurs structures pour fixer des exploits. Pour cela, je m'excuse. Nous avons fait du chemin pour améliorer la qualité de nos mises à jour, en incluant un cycle de test plus long, plus de temps sur nos serveurs de testlive et en se concentrant sur les réglages d'exploits et de corrections de bugs plutôt que sur l'ajout de nouveaux contenus. Récemment, nous avons fait marche arrière en décidant de ne plus sortir de mises à jour chaque semaine, mais plutôt d'attendre avant de les mettre en ligne afin d'être sûr qu'ils atteignent le niveau de qualité que nous voulons donner au jeu. Cela signifie donc que nous n'allons plus mettre à jour le jeu chaque semaine, mais plutôt toutes les deux semaines. Tout cela nous a conduit au questionnaire de Pâques dans lequel nous avons posé des questions bien précises sur Conan Exiles et le futur que nous voulons donner au jeu. Nous avons prévu de faire ces questionnaires plusieurs fois durant l'accès anticipé afin de jauger comment nos joueurs changent avec le temps qui passe, et afin d'être sûr que ce sur quoi nous nous concentrons fait partie de ce que veulent les joueurs le plus rapidement possible en jeu. J'écris ce message afin de partager avec vous les résultats et vous expliquer en quoi cela à changé notre façon de faire et en quoi cela nous a donné des idées. Plus de 10,000 joueurs ont répondu à ce questionnaire et près de 50% d'entre eux ont ajouté des commentaires, nous expliquant les choses à améliorer sur le jeu. Cela a pris beaucoup de temps de lire 5000 commentaires (le mot commentaire est la meilleure description possible, même si pour certains des retours que nous avons eu, il s'agissait plus de "romans" que de commentaires), aussi nous reste-t-il un peu de lecture à faire. Question 1 – Sur quel type de serveurs jouez vous ? Pour cette question, nous avons autorisé les joueurs à choisir plus qu'une seule réponse, et c'est sans surprise que nous avons découvert que les serveurs les plus populaires sont les serveurs Joueurs contre Joueurs (JcJ) privés. Ces serveurs JcJ privés offrent en fait le plus de liberté sur le jeu, avec des règles particulières, des communautés de joueurs, utilisant des mods et avec, bien sûr, la possibilité de se battre contre les autres si vous le désirez. Les serveurs privés Joueurs contre Environnement (JcE) étaient les seconds, et une fois de plus, ce n'était pas une surprise pour nous, puisque ces serveurs offrent également une très grande liberté aux joueurs, sans l'aspect JcJ. Ces serveurs sont suivis par les JcJ officiels, par les parties en local ou en solo, par les JcE officiels et par les JcJ Blitz officiels. La seule réelle surprise à la vue des résultats a été la large partie de joueurs qui jouent en local ou en solo, que nous pensions plus faibles (c'est plus simple de connaître le nombre de joueurs jouant en ligne que sur des parties locales). La bonne nouvelle est que - alors que nous avançons vers la sortie Xbox et que nous optimisons le client et les serveurs, le jeu local va avoir un large boost grâce à ces optimisations, ce qui devrait rendre l'expérience plus fluide, plus lisse. Les serveurs JcJ Blitz officiels ont été les serveurs avec le moins de joueurs, et nous discutons actuellement afin de voir si nous allons en changer certains d'entre eux, pour les transformer en des serveurs de types plus populaires. Question 2 – A quelle fréquence jouez-vous à Conan Exiles ? Afin de pouvoir jauger précisément notre communauté, nous avions besoin de savoir qui étaient ceux qui répondaient à notre questionnaire. Étaient-ils de ceux qui jouent encore, ou qui avaient arrêté le jeu ? Jouaient-ils au jeu chaque jour, chaque semaine, ou rarement ? Heureusement pour nous, près de 70% des joueurs qui ont répondu au questionnaire jouent au jeu au moins une fois par semaine. Ce sont des joueurs actifs, ce qui signifie que leurs réponses parlent de l'état du jeu actuel. Pour ce qui est des autres joueurs, un nombre non négligeable a acheté le jeu au lancement, mais a arrêté depuis. Ces voix sont aussi très importantes, car même si le jeu a changé avec les divers mises à jours, ils continuent de s'informer sur le futur du jeu et cela signifie donc qu'ils pourraient revenir. Nous voulons que le jeu suive une direction qui poussera les gens à revenir. Question 3 – Quels nouveaux contenus voulez-vous voir en jeu en premier ? Dans cette question, nous avons demandé aux gens de classer les futurs contenus qu'ils voudraient voir en priorité. Il faut noter que durant le développement, nous mettons souvent en place des fonctionnalités qui reposent sur des morceaux d'autres fonctionnalités afin d'aider au développement futur du jeu. Un exemple de cela est que le système de montures va reposer sur des éléments du système d'esclaves, etc. Bien que cette question nous donne une idée de l'ordre dans laquelle la communauté veut que nous sortions le nouveau contenu, nous devons prendre en compte l'aspect technique vis-à-vis du moment de sortie et du mode de fonctionnement. Le top trois est donc composé des montures, des esclaves et de la sorcellerie. Ces trois éléments étaient vraiment très proches dans le classement. Ce classement ne nous a pas surpris et je suis heureux de vous annoncer que nous sommes en train de travailler sur ces éléments en ce moment. Pour les montures, nous travaillons sur le système de base - soit le fait de le capturer, de les dompter, et ensuite les mécanismes pour les monter. Pour la première mise à jour concernant les montures, nous vous offrirons la possibilité de les monter mais pas de les utiliser en combat. Pour ce qui est des esclaves, nous travaillons sur leurs IA, sur la possibilité de secourir des PNJ (plutôt que de tous les réduire à l'esclavage), sur les prochaines étapes d'interaction avec les PNJ ainsi que le système d'entretiens. Pour les joueurs familiers des histoires de Conan, nous sommes en train de travailler sur une sorte d'orbe de verre que Xaltoltun jette sur Conan dans "L'Heure du Dragon". C'est un petit premier pas vers le système complet de sorcellerie, mais nous pensons que vous allez aimer ce que nous faisons avec. Les trois autres contenus sont la purge, l'exploration et l'agriculture. Ces éléments étaient également classés relativement proches les uns des autres, même si l'agriculture se trouve en tête. Enfin, pour ce qui est des sièges, nous étions surpris étant donné que les futurs contenus concernant les sièges régleront les problèmes des avatars, et ajouteront le système de défense contre les avatars, ce qui était l'un des éléments les plus demandés en dehors de ce questionnaire. Cela est peut-être un échec de notre part à bien souligner que ce contenu était inclus dans les sièges. Dans tous les cas, la défense contre les avatars est proche d'être terminée et nous pensons l'ajouter dans une prochaine mise à jour, dès que possible, en espérant que cela comblera les attentes les plus importantes des joueurs sur les sièges. Par rapport aux résultats des réponses de la section de ce questionnaire, nous avons décidé de réorganiser notre priorité quant aux ordres de sorties des différents contenues, en décidant de réduire la priorité des éléments de siège, afin de pouvoir se concentrer pour une sortie plus rapide d'autres éléments tels que les montures et la sorcellerie. Vous allez commencer à voir ces résultats dans les prochaines mises à jour ! Question 4 – Sur quels contenues existants déjà en jeu, voudriez-vous que l'équipe se penche en priorité afin de l'améliorer ? Le but de cette question était de donner du sens à ce que la communauté désire comme amélioration par rapport à ce qui existe déjà en jeu. Il ne s'agit plus alors d'une route à suivre pour le futur du jeu, mais une liste de contenues existants déjà en jeu, sur laquelle nous pourrions alors retravailler et améliorer tout au long de l'accès anticipé. Ces éléments ont été classés ainsi : Combats, Constructions, IA, Esclaves, Histoire, Artisanat (Craft) et enfin les Clans. Le système de combats actuel n'est pas génial. Nous avons passé beaucoup de temps à examiner le système de combat, et à réfléchir aux problèmes fondamentaux. Vous verrez des changements dans le combat, parce que nous allons travailler dessus - le changer afin de le rendre plus tactique et plus intéressant. C'est pour nous un point central et il est bon de constater que la communauté est en accord avec nous sur ce point. Les constructions ont en revanche été une surprise pour nous. Nous pensons que le système de constructions était notre contenu le plus abouti, avec une grande variété d'options. Il y a, certes, des requêtes populaires nous venant de la communauté sur lesquels nous travaillons (tels que l'empilement possible des fondations en triangle) et nous voulons élargir autant les types de constructions et les matériaux, en accord avec la sortie du nouveau biome, mais nous ne comptons pas nous concentrer dans une refonte du système de constructions à l'heure actuelle en dehors de cela. Par rapport à cela, je voudrais voir davantage de retours spécifiques de la part de la communauté, afin de savoir ce que vous désirez que nous changions dans le système de constructions. Ainsi, nous vous demandons de poster vos demandes concrètes sur Steam ou sur Reddit afin que nous ayons une situation claire de ce que vous désirez pour ce système. L'IA est aussi une de nos priorités absolues pour le moment. Nous trouvons que le comportement basique de nos PNJ et des esclaves n'est pas à la hauteur de ce que nous espérions pour le jeu et nous pensons que cela contribuera fortement à améliorer les combats. Disons que vous n'avez pas une très bonne impression lorsque vous combattez un Rochegroin qui à un bug et qui tourne sur place sans se préoccuper de vous. Nous sommes engagés dans l'amélioration de l'IA, en travaillant même avec une compagnie extérieur qui a une grande connaissance sur l'IA, afin de nous aider à explorer de nouvelles approches par rapport à la manière dont nous nous y sommes pris à l'heure actuelle. Les autres contenues prendront place lors de futures mises à jour et recevront de l'amour et de l'optimisation durant les prochains mois de développement. Question 5 – Sur quels aspects techniques du jeu devrait se concentrer l'équipe technique ? Dans cette question, nous voulions avoir un avis général des soucis techniques du jeu, ceux que la communauté voudrait voir réglé le plus rapidement possible, et dans quel ordre. C'est sans surprises pour nous que les exploits ont été pour vous la première priorité. Nous avons fait de sérieux progrès en réparant nombres d'exploits dans le jeu grâce au développement du programme de chasseurs d'exploits. Vous pouvez voir les résultats dans notre dernière mise à jour (http://steamcommunity.com/games/440900/announcements/detail/1296318264516754766) qui a réglé un grand nombre d'exploits. C'est une bataille constante dans les jeux multijoueurs compétitifs et nous nous sommes engagés à faire face aux exploits. L'accès anticipé est une voie fantastique pour nous afin de régler ces problèmes avec l'aide de la communauté, et à la fin, nous espérons que nous aurons un jeu libéré de ces problèmes d'exploits. L'amélioration des performances est également quelque chose sur laquelle nous travaillons en permanence. L'un de nos but est de sortir le jeu sur "Xbox One Game Preview" au cours du troisième trimestre et pour achever cet objectif, le jeu va avoir besoin d'un grand nombre d'optimisations. Ces optimisations réalisées pour les consoles se traduiront en gain de performance sur tout les serveurs et sur les PC. Le résultat qui nous a surpris ici est celui qui consiste à augmenter la limitation du nombre de joueurs sur les serveurs officiels, ce que nous ne pensions pas être une priorité pour la communauté. C'est une chose que nous avions mise en priorité de manière interne, c'est à dire augmenter l'optimisation des serveurs pour le nombre de joueurs maximum. Ce résultat ne veut pas dire que nous allons stopper notre travail d'optimisation, mais cela signifie que nous allons faire marche arrière et nous assurer que des problèmes plus importants auront la priorité qu'ils méritent. Résumé L'équipe de développement travaille très dure depuis le lancement de l'accès anticipé. Le questionnaire de Pâques a été un bon moyen pour nous de nous orienter vers ce que veut la communauté. Nous avons mis à jour certains de nos procédés depuis ce questionnaire et avons décalés ce que nous voulions, nous développeurs, vers ce que la communauté veut voir dans Conan Exiles. Nous avons également réorganisés nombre de choses, afin de répondre aux demandes de l'accès anticipé, et la nature "en direct" du jeu depuis son lancement en accès anticipé. Nous avons scindés le développement du jeu en plusieurs équipes possédantes toutes des noms appropriés. The Vanguards (L'avant-garde) – Ils sont notre première ligne de défense contre les principaux bugs et exploits. Il s'agit d'une équipe composée de plusieurs métiers, de designers, de codeurs, qui se concentrent sur le réglage des problèmes que la communauté reporte. Si vous rencontrez un développeur timide vous demandant des informations sur les bugs, c'est qu'il s'agit probablement de l'un de ces fidèles vanguards. Les Terraformers – Les Terraformers est une équipe de designer et d'artistes travaillant sur le nouveau biome de Conan Exiles. Leur travail porte sur les nouveaux contenues et les nouvelles zones - vous avez déjà vus leur travail lors de la sortie du donjon des égouts juste avant avril. Leur travail consiste principalement à développer ce nouveau biome, et donc sur tout ce qu'il faut faire autour avant. Les Featurama – L'équipe des featuramas se concentre sur le nouveau contenu que nous voulons ajouté au jeu. cela inclu les montures, la sorcellerie, etc. En plus de cela, ils travaillent également beaucoup sur le contenu existant déjà en jeu, mais à améliorer, à l'image des combats. Vous voyez leur travail chaque fois qu'un nouveau contenu fait son apparition en jeu (tel que les colorants et les trébuchets) et il y a encore beaucoup de contenus à venir dans les prochaines semaines et les prochains mois. The art team (L'équipe d'art) – L'équipe d'art aide toutes les autres équipes avec des artworks (dessins), des animations et des FX. The tech team (L'équipe technique) – L'équipe technique se concentre sur tout les aspects techniques du jeu. Ils travaillent sur les serveurs, et sur l'optimisation du client, ainsi que le développement de Conan Exiles sur Xbox One. Nous travaillons dur afin de faire de Conan Exiles, la grande aventure que nous savons tous qu'elle peut être. Merci pour votre patience durant ce voyage. Ensemble, nous ferons de ce jeu un bel ajout au genre des jeux de survie. Votre croix vous attend, Exilés Joel Bylos Directeur Créatif
  38. 2 points
    Ok, alors je te donne ce que je possède déjà. Il ne s'agit que d'esclave lvl 3 ou légendaire métier peuple craft spécial (je pourrais rajouter la localisation) LVL3 charpentier shémite arc de chasse exceptionnel armurier hyrkanien armure légère exceptionnelle armurier shémite armure shémite (turban, tunique, jambière, chaussure) (équivalent armure légère) armurier zamorien tenue de danseur zamorienne (corsage, bracelet, jupe, bracelet de cheville) (équivalent légère) armurier zingarien armure main noire (gilet, pantalon) (équivalent armure intermédiaire) armurier kushite armure de hyène incomplète (bracelet, jambière, chaussure) (équivalent intermédiaire légèrement supérieure) armurier stygien bouclier stygien forgeron stygien kepesh stygien exceptionnel forgeron shémite poignard en fer exceptionnel LEGENDAIRE armurier faiseur d'armure légendaire armure de hyène complète (casque, gilet, bracelet, jambière, chaussure) forgeron Hyam Lourdemain épée longue sans défaut forgeron Thalitha aux doigts d'or poignard en fer sans défaut Je n'ai pas mis les esclaves qui ne propose aucun craft spécial (danseur , garde, archer, fourneau, cuistot, tanneur, garde chiourme) Je suis en train de me rendre compte que la localisation peut avoir une importance pour l'obtention de craft supplémentaire, dès que j'ai quelque chose de certain je te fais un rajout. Je vais aussi essayer de choper tous les métiers par peuple pour avoir quelque chose d'exhaustif. Je suis sur que ca doit déjà se trouver sur le net mais je veux faire ca par moi même.
  39. 2 points
    Guide intéressant, je farm beaucoup d'esclaves sur le pve, notamment tous les armuriers lvl 3 de chaque peuple, tous les légendaires que je trouve..., si tu veux des infos sur leurs craft particuliers, je peux te donner ca.
  40. 2 points
    Chers Exilés, Notre communauté vient d'atteindre les 400 membres, c'est avec joie de voir grandir notre communauté tous les jours et de constater que la communauté Française nous fait confiance pour vous divertir et vous apporter la totalité des informations sur le jeu Conan Exiles. L’évent des 400 va donc avoir lieu ce samedi 29 Avril a 21h30 sur nos arènes PvP en collaboration avec l'ensemble du staff ConanExilesFrance et les Administrateurs de serveurs, voici sans plus attendre le programme de celui-ci. ( le raid PVP sera donc interdit pendant l’évent ). Première partie : ( Dans l'arène PVP ) ( les joueurs PVE sont les bienvenues sur l'event, ils seront TP à cette dernière ). - Du 1 VS 1 avec des armes/armures prédéfinis. Seconde partie : ( Dans l'arène PVP ) ( les joueurs PVE sont également les bienvenues sur l’évent, ils seront TP à cette dernière ). " Avez-vous dèjà combattus les plus gros PNJ de l'histoire de Conan Exiles ? en équipe ou en solo ? vous allez donc connaître la souffrance des exilés, les seigneurs nécromanciens seront de la partie pour vous punir, tout comme les dragons rouges et noir ! Récompenses Partie I : Du stuff de qualité pour les 3 premiers, et pour tous les autres membres 20 morceaux de viande de YOG, un lit stygien, et d'autres petites choses. Récompenses Partie II : Du Stuff à gogo ! si vous parvenez à survivre sur l'ensemble des vagues, vous remporterez un stuff ultime ( un set complet de danseur, ainsi q'une arme puissante est un trébuchet (base+fondation), quant aux joueurs morts ils recevront un arc ancien avec 100 flèches de serpent. IMPORTANT : *Les récompenses seront données aux joueurs du Serveur PVE/PVP sur leurs serveurs respectifs à l’évent. * Prévoir une paillasse et de la nourriture, pas la peine de venir en armure etc on fourni tout ! BONNE CHANCE , PARTAGER EN MASSE , MERCI ! ON COMPTE SUR VOTRE PRÉSENCE !
  41. 2 points
  42. 2 points
  43. 2 points
  44. 2 points
    Bonjour à tous et à toutes, merci a l'équipe de Conan Exiles France de nous accueillir si chaleureusement!
  45. 2 points
    Ah, oui, il y a eu des correctifs: aujourd'hui, je fais comme d'hab et je saute de la falaise... Ben... ça a fait "wheeeeeeeeee-sprotch!" :-D
  46. 2 points
    C'est parti lancement officiel !
  47. 2 points
    Bonjour à tous, Je suis Asghaard, 35 ans, j’habite non loin de Nantes. J’ai découvert l’existence de Conan Exiles depuis quelques semaines et bien que je ne m’y suis pas intéressé dès le début, les vidéos de stream des développeurs m’ont donné envie de me pencher un peu plus sur le sujet et depuis j’ai bien dû regarder les vidéos 5-6 fois pour être sûr de ne louper aucune infos. J’attends donc le 31 janvier avec impatience et curiosité. Je n’ai pas d’attente particulière sur le jeu, mais je pense qu’il peut trouver sa place parmi les jeux du moment de type survival. Ce que j’aime avant tout : c’est explorer, récolter, construire. Je ne suis pas spécialement fan de PvP, sauf si celui-ci c’est équilibré … et j’ai l’impression que pour le moment c’est le cas. Mon objectif serait, dans un premier temps, de découvrir le jeu, en groupant avec d’autres joueurs. Je pense aussi me pencher, en partie, sur la traduction du jeu en français, si les outils et les moyens mis à notre disposition le permettent.
  48. 1 point
    Acte VI -Les abysses d'Achéron- La lueur de la bougie éclaire les pages abîmées d'un vieux journal d'un exilé... Les mots d'encre noire s’enchaînent et défilent au file des pages sur la vie d'un homme malchanceux,ses aventures, sa difficulté à survivre, puis quelques mots griffonnés à la hâte attirent mon attention...Oracle Noir et Achéron...gisant à coté d'un trait et quelque gouttes de sang séché sur le dernier paragraphe, ne laissant place qu'à des pages vierges... Je jette le journal sur la table puis sort à l'air libre. Mes bras se posent de part et d'autre du balcon, fixant l'entrée du couloir béant de l'Oracle Noir, l'origine de ces pouvoirs doit venir de la, c'est la seul chose logique qui pourrait expliquer le choc ténébreux que subissent nos potentielles recrues, certaines n'y survivent pas, d'autres ne sortent jamais de son antre. Prenant la route en disparaissant dans les ténèbres, je dois voir ma jeune Mitradite, elle seule peut me trouver des informations sur ce que je recherche... ..L’oiseau sombre scrute la nuit, guettant un sentier plus qu'habituel, m'observant d'un œil luisant de sang, m’enfoncer sur les steppes des terres de justice... J'enlace Kaylli d'un mouvent doux et furtif, laissant glisser une dague sur sa cuisse pour lui signaler ma présence, mon torse plaqué contre son dos, sentant la douce chaleur qui émane de son corps, elle repose sa tête contre moi, avant de me faire face, esquissant un sourire ravis. Le soleil levant glisse le long des parois d'ébènes des ruines, l'air est chargé de sang et d'une magie occulte. Nous avançons dans les ruines avalés partiellement par les sables, accablés par la chaleur, Darod, Kaylli et moi, tombons dans une embuscade, les morts ce relèvent comme un seul, nos assaillant nous attaque de toute part, d'un geste de ma part, Darod évacue de force la jeune femme pendant que j’échappe à nos poursuivants. Une fois à l’abri dans un vieux temple, nous explorons les lieux, les murs sombres sont gravés d'inscription anciennes qui ce découvrent à la lueur de nos torches. Rapidement, nous découvrons le corps inerte d'un chasseur de relique, décomposé. Kaylli laisse échappé un bref crie d'horreur quand je retourne le corps, le malheureux porte une ancienne statuette représentant le dieu Set, je me mur dans mes pensées un instant.. Si j'en crois les légendes, le dieu Serpent et l'empire d’Achéron sont étroitement liés dans l'histoire, certains disent que Set leur aurait dérobé une parti de ces pouvoirs avant la chute de l'empire, peut importe, cette statut de serpent aura son utilité en temps voulu, mais c'est autre chose que recherche... l'exploration du temple se poursuit, les ombres cèdent aux passage des torches, une entité d'apparence fantomatique apparaît à notre approche, déliant une éloge à qui voudrait bien l'entendre, comme si elle ne nous était pas adressée.. Je l'écoute attentivement, m’approchant et passant la mains à travers cette être du passé, un fluide de plasma semble accompagner mon mouvement, je m'attend à être attaqué, mais rien... le fantôme de l'ancien continu sont texte comme si rien n'était, nous parlant d’immortalité... C'est à ce moment précis, que Kaylli fuit à toute jambe vers l'entrée, Destiny la prend en chasse, me laissant seul avec l'entité. En quelque secondes, plusieurs tablettes s'illuminent, animées d'une magie ancienne, faisant ressortir d'une lueur bleutée les gravures murales. C'est ça, le savoir des anciens, la réponses aux questions que je me pose sur cette être de cauchemars qu'est L'Oracle Noire, Quatre reliques doivent être trouvées pour libérer les enclaves de ce savoir... Les échos du cri de ma belle Mitradite ce réverbère sur les parois du temple. Ma tête se retourne brusquement vers le point d'origine des cris, je traverse rapidement ce lieu de mort, pour découvrir un gigantesque dragon aux écailles rougeoyantes. Je lance immédiatement l'assaut au coté de mon apprenti, celui-ci préférant le contact avec la bête, dans le combat, Kaylli, prise de panique fuit, l'esprit embrumé par la peur. D'un ordre, nous nous replions, dévalant les dunes de sable, suivi de prêt par le dragon, Darod ce retourne et lance une jarre fumigène qui explose au contact de la tête de l'animal. Déséquilibré, la bête chancelle et s'écroule sur les ruines d’Achéron, nous en profitons pour rapidement nous mettre à distance de celle-ci, de nature territoriale, elle abandonne la poursuite dans un cri de rage et de défie à notre égard... Je m'approche vers Kaylli qui gît, endormie d’épuisement et de peur, au creux son lit, les couvertures de peaux lui offre une relative sécurité et laisse entrevoir son corps nu, ces courbes partiellement découvertes. J’enlève mon armure de cuir, mes brassard tombent dans une claquement au sol, pendant que je panse mes blessure des derniers combats, elle ce colle contre mon torse, me frappant maladroitement, l'esprit embrumé de questions et ses larmes coulant le long de son doux visage. ...c'est bien plus que tu ne peut imaginée... Seul ces quelques mots s'arrachent de ma bouche, peut m'importe l’immortalité, ce n'est pas ce que je recherche... Je l’enlace et la porte avec tendresse sur son lit de peaux, la posant avec soin, mon corps bascule doucement vers elle, comme ensorceler par sa beauté... Défais mon masque de cuir, libérant mon visage à son regard, ses délicate mains glissent le long de celui-ci, son contact apaise tous mes mots, je pose un baiser sur ces lèvres, et m'abandonne à elle dans l'étreinte de nos corps. Le temps s’arrête de nouveaux, plus rien ne compte, ni les dieux, ni les guerres, ni les blessures du passé tous sembles lointain à cette instant, nos corps se mélanges, nos sentiment s'emmêlent dans nos baiser, la danse de nos caresses, nous laissant seul témoins de nos sentiments, nos âmes se consumant l'une a l'autre en s'abandonnant au plaisir charnel … ...L’ombre du charognard observe la scène, d'un œil de sang toujours plus luisant, perçant les ténèbres, d'un battement d'aile puissant, l’oiseau noir s’envole vers la citadelle des ombres, disparaissant dans la nuit...
  49. 1 point
    Forgeron Cimmerien III Epée longue exceptionnelle
  50. 1 point
    Hello les amis, Je m’appelle Florian je suis de Haute Savoie, et comme vous j’attends la sortie du jeu le 31 Janvier, je suis donc votre Administrateur en charge du site je ferais donc tout mon possible afin de vous satisfaire au sein de ce Fan Site France Conan Exiles. Je suis joueur à mes temps perdu, community manager du site xboxfrance.fr , modérateur Ubisoft The Division et comme vous je suis fan de jeux vidéo !! A vous !